Retour accueil du Site

 

Les Principaux TYPES DE CONGES

 

Congé de Maladie Ordinaire

 

TITULAIRES ET STAGIAIRES

Loi N°84-16 du 11 janvier 1984, Art. 34-2, 1er alinéa Décret N°86-442 du 14 mars 1986, Art. 24 et 27

 

Définition

Arrêt de travail accordé en cas de maladie sans gravité particulière.

 

Déclaration

Présentation du certificat médical adressé sans délai au supérieur hiérarchique.

 

Conditions d’attribution

Sans condition d’ancienneté

Être en activité

 

Rémunération et durée

3 mois à plein traitement

9 mois à 1/2 traitement + indemnités journalières versées par la MGEN

(si l’agent y est affilié )

 

Le fonctionnaire bénéficie du plein traitement tant que, pendant la période d’un an précédant le premier jour de son dernier arrêt, il ne lui a pas été accordé plus de trois mois de congé maladie.

 

Situation administrative

L’agent reste titulaire de son poste. Une contre-visite du malade peut être effectuée à tout moment. Les congés de maladie sont considérés comme période d’activité et comptés comme services effectifs pour le calcul de l’ancienneté.

 

Congé de Maladie Ordinaire

NON TITULAIRES

Décret N°86-83 du 17 janvier 1986, Art. 12 et 16

 

Définition

Arrêt de travail accordé en cas de maladie sans gravité particulière.

 

Déclaration

Présentation du certificat médical adressé sans délai au supérieur hiérarchique.

 

Conditions d’attribution

Selon l’ancienneté ;

Être en activité.

 

Durée

Le congé ne peut être accordé au-delà de la période d’engagement.

 

Situation administrative

Une contre-visite du malade peut être effectuée à tout moment. L’agent peut prétendre selon l’affection présentée, à un congé de grave maladie.

 

Rémunération

Après 4 mois d’ancienneté : 1 mois à plein traitement 1 mois à demi-traitement

Après 2 ans d’ancienneté : 2 mois à plein traitement 2 mois à demi-traitement

Après 3 ans d’ancienneté : 3 mois à plein traitement 3 mois à demi-traitement

Voir la caisse primaire d’assurance maladie si les droits à congés rémunérés par l’administration sont épuisés.

 

 Congé de Longue Maladie 

 

TITULAIRES ou STAGIAIRES

 

Loi N° 84-16 du 11 janvier 1984, Art. 34-3, 1er et 3e alinéas, Décret N°86-442 du 14 mars 1986, Art. 28

 

Définition

Arrêt de travail accordé en cas d’affections à caractère invalidant : la liste des affections susceptibles d’ouvrir droit à CLM est dressée par l’arrêté du 14 mars 1986 RLR 610-6a. Pour les affections non définies dans cet arrê­té, l’avis du comité médical supérieur est sol­licité par l’administration.

 

Déclaration

Présentation d’un certificat médical adressé au supérieur hiérarchique attestant que la maladie justifie l’octroi d’un CLM, accompagné d’une lettre de l’intéressé(e) en demandant le bénéfice.

 

Durée

3 ans maximum par périodes de 3 à 6 mois : accordé par le comité médical départemental avec obligation pour les agents de se rendre aux convocations dressées par les médecins experts (sous peine de suspension de traite­ment). Le bénéfice d’un congé de même nature peut être accordé si l’intéressé(e) a repris ses fonc­tions pendant un an.

 

Rémunération

Un an à plein traitement.
2 ans 1/2 traitement + allocations journalières
de la MGEN si l’agent est affilié (au total 77%
du salaire brut).
Totalité du supplément familial de traitement
et de l’indemnité de résidence.

 

Situation administrative

L’agent reste titulaire de son poste. Les congés de maladie sont considérés comme période d’activité et comptés comme services effectifs pour le calcul de l’ancienneté.

 

Conditions d’attribution

.              Sans condition d’ancienneté ;

.              Être en activité ;

.              Impossibilité d’exercer ses fonctions ;

.              Nécessité de soins et traitements prolongés ;

.              Caractère invalidant confirmé ;

.              Sur décision du Recteur après avis du comi­té médical.

 

 

Activités thérapeutiques à titre bénévole

Au cours d’un CLM, l’agent peut bénéficier d’une occupation thérapeutique non rémuné­rée, dans le cadre de la structure Education nationale, soit 1 ou 2 jours par semaine après accord du médecin conseiller technique du Recteur.

 

 

 

 Congé de Grave Maladie


Décret N°86-83 du 17 janvier 1986, Art. 13 Arrêté du 14 mars 1986 J.O du 16 juillet 1986

 

 

Définition

Arrêt de travail accordé pour toutes affections à caractère invalidant.


 

Déclaration

Présentation d’un certificat médical au supé­rieur hiérarchique précisant que la maladie de l’intéressé(e) nécessite l’octroi d’un CGM. Expertise par un médecin expert du comité médical départemental. La demande est ensuite transmise par voie hiérarchique.


 

Durée

.              Le congé ne peut être accordé au-delà de la période d’engagement ;

.              3 ans maximum par périodes de 3 à 6 mois avec obligation pour les agents de se rend­re aux convocations 

              devant les médecins experts (sous peine de suspension de la rémunération).


 

Rémunération

.              12 mois à plein traitement ;

.              Réouverture des droits à l’issue d’une année de reprise de fonction.

 

 

Situation administrative

Les congés de maladie sont considérés comme période d’activité et comptés comme services effectifs pour le calcul de l’ancienne-té


 

Conditions d’attribution

.              3 ans d’ancienneté de service continu et être en activité ;

.              Impossibilité d’exercer ses fonctions ;

.              Nécessité de traitements et soins prolongés

.              Caractère invalidant et gravité confirmée ;

.              Sur décision du Recteur après avis du comité médical.  

 

Congé de Fin d’Activité (CFA)

 

Ce congé est  mis en extinction progressive depuis le 1er janvier 2004 

et  jusqu’au 31 décembre 2006

Loi N°96-1093 du 16 décembre 1996, Loi N°99-1172 du 30 décembre 1999, Décret N°96-1232 du 27 décembre 1996, Loi N° 2002-1575 du 31 décembre 2002, Loi N° 2003-1775 du 21 août 2003

 

Définition

Le congé de fin d’activité est la position qui permet à l’agent en activité ou en détachement de prendre de manière irrévocable un congé avant sa mise à la retraite.

 

Conditions d’admission

Etre en activité à la date de la demande :

Activité à temps plein, activité à temps partiel, CLD, CPA et détachement auprès des services et établissements relevant du Ministère de l’Education nationale.

 

Conditions d’âge et durée des cotisations :

  • Vous êtes né(e) en 1944 : 37 ans et 6 mois (150 tri­mestres) de cotisations dont 25 ans de services publics effectifs civils ou militaires, en qualité de fonctionnaire ou d’agent public ;

    Vous êtes né(e) entre le 1er janvier 1945 et le 31 décembre 1946 : 40 ans de cotisations (160 trimest­res) tous régimes confondus dont 15 années de ser­vices publics effectifs civils ou militaires, en qualité de fonctionnaire ou d’agent public.

 

L’année de naissance n’est pas opposable

Aux fonctionnaires qui justifient au 31 décembre 2002 :

  • Soit de 40 années de services publics effectifs ;

  • Soit de 172 trimestres validés tous régimes confondus et 15 années de services militaires ou civils effectifs en qualité de fonctionnaire ou d’agent public.

 

Rémunération

L’agent placé en C.F.A est rémunéré 75% du traitement brut indiciaire (indice détenu au moins 6 mois avant le début du CFA). Il y a pertes des indemnités liées à l’exercice effectif des anciennes fonctions.

 

Réduction et durée de service

Pour les agents handicapés, dans les conditions de l’arti-cle 26 de l’ordonnance 82-297 du 31 mars 1982, né(e)s entre le 1er janvier 1944 et le 31 décembre 1944, la durée des 25 années de service peut être réduite de 6 années maximum.

 

Fin du C.F.A

Le congé de fin d’activité prend fin au plus tard à la fin du mois au cours duquel l’agent atteint l’âge de 60 ans.

 

 

 Cessation Progressive d’Activité (CPA) 

(pour les ATOSS)

Ordonnance N°82-297 du 31 mars 1982. Loi N°94-628 du 25 juillet 1994. Décrets N°95-178 et N°95-179 du 20 janvier 1995. Loi N°2003-775 du 21 août 2003 

Définition

La cessation progressive d’activité est la position qui permet à l’agent de cesser progressi­vement son activité en exerçant ses fonctions habituelles en quotité variable et en bénéfi­ciant d’un revenu mensuel variable selon l’option choisie.

 

Conditions d’admission

Etre en activité  à la date de la demande et appartenir à un corps dont la limite d’âge est fixée à 65 ans 

(l’âge s’apprécie au 31 décembre de l’année en cours)

 

2004 : il faut que les collègues aient 55 ans au 31/12/2004

2005 : il faut que les collègues aient 56 ans au 31/12/2005

2006 : il faut que les collègues aient 56 ans et 3 mois au 31/12/2006

2007 : il faut que les collègues aient 56 ans et 6 mois au 31/12/2007

2008 : il faut que les collègues aient 57 ans au 31/12 de l’année en question

 

Durée de services

25 années de services publics effectifs civils et / ou militaires 

Durée réduite de 6 ans au plus en fonction du temps passé en congé parental et pour les fonctionnaires handicapés

 

Durée des cotisations

33 années d’assurance tous régimes compris.

Date de début de la CPA

Au plus tôt le 1er jour du mois suivant l’anniversaire .


Date de fin de la CPA

a/ Au plus tôt à la fin du mois au cours duquel est atteint l’âge d’ouverture des droits à la retraite.

b/ Au plus tard lorsque la durée d’assurance est égale à celle nécessaire pour obtenir le taux de liquidation maximum, sinon à 65 ans.

c/ Autre cas : sur demande expresse de l’intéressé(e).

 

Modalités

Quotité du temps de travail et rémunération

La quotité de rémunération est à appliquer au traitement, à l’indemnité de résidence, aux primes, et indemnités de toute nature, 

afférents soit au grade et l’échelon de l’agent soit à l’emploi auquel il a été nommé.

 

Le régime pour les agents non soumis à des obligations de service (ATOSS)

(Il existe un autre régime pour les personnels enseignants)

 

2 régimes différents proposant 2 options et 2 modalités sont proposées :

- CPA simple avec quotité de travail fixe ou dégressive.

- CPA avec cessation définitive de fonction avec quotité de travail fixe ou dégressive.

 

 

CPA et retraite

CPA et constitution du droit à pension

Le temps passé en CPA (simple ou dégressif) est comptabilisé comme période de service à temps complet. Toutefois, il est pris en comp­te dans la liquidation du droit à pension à rai­son du prorata de la durée des services effec­tués à temps partiel.

Il est toutefois possible de cotiser pour la retraite sur la base d’un temps plein. Dès lors que cette possibilité est accordée, cette option est irrévocable. 

Personnels en CPA accordée antérieurement au 1er janvier 2004

Les fonctionnaires en CPA au 1er janvier 2004 conservent le bénéfice des dispositions anté­rieures. Ils peuvent toutefois demander leur maintien en activité au delà de leurs 60 ans selon les conditions suivantes :

* jusqu’à 61 ans pour ceux ou celles né(e)s en 1944 et 1945

* jusqu’à 62 ans pour ceux et celles né(e)s en 1946 et 1947

* jusqu’à 63 ans pour ceux et celles né(e)s en 1948 

 

 

Congé d’adoption

Loi N°93-121 du 27 janvier 1993. Loi N°84-16 du 11 janvier 1984.

Circulaire FP/4 N°1864 du 9 août 1995. BO EN N°44 du 30 novembre 1995, RLR 610-6A et 615-0.

Décret N°86-83 du 17 janvier 1986 modifié  

 

Conditions d’attribution

À compter de l’arrivée au foyer de l’enfant adopté.

 

Durée

Adoption simple :

.              Pour un premier ou deuxième enfant : 10 semaines

.              Pour un troisième enfant : 18 semaines

 Adoption multiple :

 • 22 semaines Le congé débute lors de l’arrivée de l’enfant au foyer. Il peut être fractionné entre la mère et le père adoptifs,

   en deux parties maximum dont la plus courte ne peut être inférieure à 4 semaines.

 

Rémunération

Pendant le congé d’adoption, la rémunération est maintenue. Pour les non-titulaires, la rémunération est maintenue sous condition

de 6 mois de servi­ces effectifs.


Situation administrative

L’agent est considéré en activité. Ses droits d’avancement et de retraite sont maintenus.

 

 

 

 Disponibilité sur Demande

(ou de droit dans certains cas)

 

Loi N°84-16 du 11 janvier 1984 - Décret N°85-986 du 16 septembre 1985.- Décrêt N°2002-684 du 30 avril 2002

 

Définition

La disponibilité est la position par laquelle le fonctionnaire est placé hors de son administration, il ne cotise plus pour sa retraite et ses droits à avancement sont interrompus. 

Déclaration

Doit être demandée au moins pour une année scolaire. 

Conditions d’attribution et durée

Le renouvellement ou la réintégration doit être faite 2 mois, au moins, avant la fin de disponibilité.


Disponibilité de droit

• Pour donner des soins à un conjoint, à un enfant ou à un ascendant

-à la suite d’un accident ou d’une maladie -présentation d’un certificat médical au supé­rieur hiérarchique -3 ans, renouvelable 2 fois

• Pour élever un enfant âgé de moins de 8 ans

-jusqu’au 8ème anniversaire de l’enfant

-fournir une fiche familiale d’état civil

• Pour suivre son conjoint

-le conjoint doit être astreint à établir sa résidence habituelle en raison de sa profession 

-attestation récente de l’employeur du conjoint 

-durée illimitée  

 

 

Congé de Maternité

 

Loi N°84-16 du 11 janvier 1984 - Circulaire FP/4 N°1864 du 9 août 1995 - BO EN N° 44 du 30 novembre 1995, RLR 610-6a et 615-o - Décret N°86-83 du 17 janvier 1986 modifié -

 

Conditions d’attribution

Pour le premier et le deuxième enfant : avant la naissance 6 semaines, après 10 semaines, 

soit 16 semaines.

 

Pour le troisième enfant et au-delà : avant la naissance 8 à 10 semaines, 

après 16 à 18 semaines, soit 24 à 28 semaines.

 

Pour une naissance gémellaire : avant la naissance 12 semaines, après 22 semaines, 

soit 34 semaines.

 

Pour des triplés et au-delà : avant la naissance 24 semaines, après 22 semaines, 

soit 46 semaines.

 

La période prénatale peut être réduite et reportée d’autant sur la période postnatale. 

Toutefois, le repos prénatal ne peut être inférieur à 2 semaines.

 

Durée

Possibilité d’aménagement d’horaire à partir du 3ème mois de grossesse.

 

Accouchement retardé

Le retard est pris en compte : soit le congé maternité + les jours de retard.

 

Accouchement prématuré

Le repos prénatal non pris est reporté sur la période postnatale.

 

Congés supplémentaires liés à un état patho­logique résultant de la grossesse ou des suites de couches

Avant la naissance 2 semaines (ce congé peut être pris à tout moment de la grossesse dès lors qu’elle est déclarée), après la naissance 4 semai­nes. Ces congés sont considérés comme des congés maternité et non pas comme des congés maladie et font l’objet de prescriptions médicales spécifiques.

 

Possibilité de report si hospitalisation de l’enfant à la naissance

6 semaines doivent être obligatoirement prises après la naissance (10 semaines pour les nais­sances multiples), le reste du congé pouvant être reporté à l’issue de l’hospitalisation de l’enfant.

 

Décès de la mère du fait de l’accouchement

Le père peut prendre le congé de maternité restant à courir dont la mère n’a pu bénéficier.

 

Rémunération

L’agent est de droit rémunéré à plein traitement pendant sa grossesse (même si temps partiel). 

Rémunération après 6 mois de services effectifs pour les non-titulaires. 

 

 

Congé paternité

 

Loi N°2001-1246 du 21 décembre 2001 Art. 55 et 56— Décrets N°2001-1342 et N°2001-1352 du 28 décembre 2001. 

 

Durée 

11 jours consécutifs et  18 jours en cas de naissances multiples.

 

Conditions d’attribution

Présentation de la déclaration de grossesse consta­tée par le médecin avant la fin du 3ème mois de grossesse.

 

Situation administrative

L’agent est en activité. Il conserve ses droits à l’avancement et à la retraite.

 

 

Congé Parental

 

Loi N°87-588 du 30 juillet 1987. Loi N°84-16 du 11 janvier 1984. Circulaire FP N°1633 du 11 janvier 1986. Décret N°98-154 

du 16 septembre 1998

 

Définition

Le congé parental est la position du fonction­naire qui est placé hors de son administration pour élever son enfant.

 

Déclaration

La demande de mise en congé parental doit être effectuée 2 mois avant la date d’effet.

 

Conditions d’attribution

Accordé de droit à l’occasion d’une naissance ou d’une adoption.

Accordé au père ou à la mère par période de 6 mois renouvelable.

 

Durée

Il est accordé après un congé de maternité ou en cas d’adoption d’un enfant de moins de trois ans, à compter de l’arrivée de l’enfant au foyer, jusqu’au troisième anniversaire de l’en-fant. Lorsque l’enfant adopté ou confié en vue d’a-doption est âgé de plus de trois ans mais n’a pas encore atteint l’âge de l’obligation scolai­re, le congé parental ne peut excéder une année à compter de l’arrivée au foyer.

 

Rémunération

L’agent n’est pas rémunéré.


Situation administrative

L’agent n’acquiert aucun droit à la retraite. Il conserve ses droits à avancement d’échelon réduits de moitié. 

 

 

Congé d’Accompagnement d’une personne en fin de vie  

Loi N°99-477 du 9 juin 1999 visant à garantir le droit d’accès aux soins palliatifs, Art. 11 et 12.

 

Bénéficiaires

Tout personnel, titulaire ou non-titulaire, dont un ascendant, un descendant, ou une personne par­tageant son domicile fait l’objet de soins palliatifs

 

Durée

La durée maximale est fixée à 3 mois. Le congé prend fin, soit à l’expiration de cette période de trois mois, soit dans les trois jours qui suivent le décès de la personne accompagnée, soit à une date antérieure. Avec l’accord du supérieur hiérarchique, le congé peut être transformé en période d’activité à temps partiel.

 

Rémunération

Aucune rémunération n’est prévue pour ce type de congé.

 

Conditions d’attribution

L’agent doit présenter à son chef d’établissement ou de service, au moins 15 jours avant le début du congé, une demande écrite, par lettre recomman­dée avec accusé de réception, en joignant un certi­ficat médical attestant que la personne accompa­gnée fait l’objet de soins palliatifs.

 

 

Retour accueil du Site