Section syndicale du SNASUB-FSU

de l’Université de Picardie - Jules Verne

Syndicat National de l’Administration
Scolaire et Universitaire et des Bibliothèques


Fédération Syndicale Unitaire

 

 

 

 

 

Prime de fin d'année 2016 à l'Université de Picardie Jules Verne

Lors du Comité Technique de l'UPJV du 3 novembre 2016, les montants des primes de fin d'année ont été approuvé à l'unanimité.
Ces primes concernent les collègues titulaires et non titulaires (contractuels) et seront versées sur la paye de décembre 2016 :
Catégorie C : 500 €
Catégorie B : 400 €
Catégorie A dont l'INM est inférieur ou égal à 568 : 300 €
Catégorie A dont l'INM est supérieur à 568 : 200 €

Le SNASUB-FSU est intervenu auprès de la présidence afin d'obtenir une augmentation de cette prime de fin d'année
c'est chose faite pour les collègues de catégorie C et B et nous nous en félicitons.


Vous trouverez ci- dessous pour rappel les montants versés l'année dernière :
Prime de fin d'année 2015
Catégorie C (titulaires et non titulaires) : 400 €
Catégorie B (titulaires et non titulaires) : 350 €
Catégorie A ayant un INM inférieur ou égal à 562 (titulaires et non titulaires) : 300 €
Catégorie A ayant un INM supérieur à 562 (titulaires et non titulaires) : 200 €

Les élus du SNASUB-FSU au Comité Technique de l'UPJV
Sylvain Desbureaux, Luciane Zabijak, Françoise Pruvot, Pascale Monnier, Jacques Vasseur et Dominique Meunier.

 

 

 

Mohammed Benlahsen élu 11è Président de l'UPJV
Le Conseil Administration a procédé ce vendredi 9 septembre à l'élection du Président de l'Université de Picardie Jules Verne (UPJV). Mohammed Benlahsen a été élu au second tour avec 19 voix. Le second candidat Jérôme Fortin ayant obtenu 17 voix.

Mohammed Benlahsen… 11ème Président
Professeur des Universités depuis 2004, Mohammed Benlahsen est en poste à l’UPJV depuis 1995, après avoir été moniteur à l’Université François Rabelais de Tours et ATER à l’Université de Poitiers. Membre de l’UFR des Sciences de l’UPJV, il y a été Chef du Département de Physique de 1997 à 2009. Elu Directeur de l’UFR des Sciences en 2009, il a été réélu en 2014. Il mène ses travaux de recherche au sein du Laboratoire de Physique de la Matière Condensée (LPMC), EA 2081. Il a fait la première partie de ses études supérieures à Amiens jusqu’à la maitrise de physique (1988), puis est allé faire un DEA de Sciences des matériaux à l’Université de Poitiers où il a soutenu une thèse de Doctorat (spécialité « milieux denses et matériaux ») (1993). Il est titulaire d’une Habilitation à Diriger des Recherches – HDR (Amiens, 2002). Il a été membre du
Conseil Scientifique de l’UPJV de 2008 à 2012, date à laquelle il est devenu membre du Conseil d’Administration. Mohammed Benlahsen est membre du conseil d’administration de la Société Française de Physique (SFP) et vice-Président de sa section Nord. Il est aussi Président de l’Association « Année mondiale de la Physique » depuis 2005. Il a été membre du CNU (Conseil National des Universités), section 28, de 2007 à 2011. Il participe aux évaluations du HCERES (Haut Conseil d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) après avoir été expert de l’AERES (Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur).
Mohammed Benlahsen est l’auteur de soixante-dix articles dans des revues internationales avec comité de lecture et membre de comités scientifiques d’une dizaine de congrès internationaux. Il a encadré douze thèses et animé une quinzaine de projets régionaux, nationaux et européens. Il a organisé plusieurs opérations de rayonnement et de valorisation de la recherche comme par exemple « L’Année mondiale de la physique » (2005) et le « Printemps des Sciences en Picardie » (2006-2007). Mohammed Benlahsen est Chevalier dans l’Ordre des Palmes Académiques (2012).

 

Par un arrêté en date du 8 juin 2016, Madame le Recteur de l'académie d'Amiens, Chancelier des universités, a nommé Christian MORZEWSKI, administrateur provisoire à compter du 10 Juin 2016

Nouveau rebondissement hier et toujours pas de président à l’Université de Picardie Jules-Verne.


Alors qu’un accord de sortie de crise était intervenu en fin de semaine dernière entre les deux parties en conflit, la démission surprise ce dimanche, d’une administratrice

tout juste nommée l’avant-veille, est venue tout remettre à plat.


On touche ici du doigt les effets pervers d’une loi, bien mal nommée, sur l’autonomie de l’université.

Loin de renforcer son indépendance, ce texte a ouvert la porte à un assujettissement de l’Université aux milieux politico-économiques, enjeux du conflit en cours.
Madame le Recteur va nommer un administrateur provisoire.

Lire l'article

 

Le SNASUB-FSU, à travers sa motion revendicative adoptée à la Commission Administrative Nationale des 26 et 27 mars 2013, dénonçait déjà le projet de loi sur l'ESR soumis au parlement et pointait l'aspect décentralisation de la mise en œuvre de la politique d’enseignement supérieur et de recherche par la création d’une trentaine de communautés universitaires et d’établissements, soumises aux pressions des lobbys économiques et patronaux, et aux pressions des exécutifs régionaux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cher(e)s Collègues de l'Université de Picardie Jules Verne (UPJV),

Les élections universitaires ont eu lieu et ont permis d'élire des représentants de la communauté universitaire de l'UPJV.

Les résultats sont clairs puisque toutes les listes se sont maintenant déterminées sur le soutien d'un des deux candidats.

Il y a en soutien à la candidature M. Benlahsen 16 élus (10 enseignants et enseignants chercheurs, 4 BIATSS (dont 2 SNASUB-FSU), 2 étudiants)
Il y a en soutien à la candidature M. Brazier 12 élus (6 enseignants et enseignants chercheurs, 2 BIATSS, 4 étudiants)
Résultats clairs donc : 16 contre 12.

Lors du Conseil d'Administration du 11 mai 2016  4 voix supplémentaires sont intervenues, ce sont celles des personnalités extérieures nommées ainsi que l'indique les statuts de l'UPJV

(adaptés à la loi Fioraso) : un représentant pour l'agglomération de St Quentin, un pour Amiens métropole, un pour le conseil régional Nord pas de Calais Picardie et un pour le CNRS.

Lors de ce C.A. le scrutin devant élire les personnalités extérieures s'est soldé par une situation de blocage inédite puisqu'à chaque vote qui s'est déroulé le résultat à été le même : 16 contre 16.

Le vote se faisant sur les noms proposés ou soutenus par l'un des deux candidats. Cela a évidemment bloqué toute avancée dans le processus de désignation des personnalités extérieures

non nommées et donc ensuite l'élection du Président.

Il s'avère que les 4 voix des personnalités extérieures nommées se sont toutes reportées en soutien aux candidatures portées par le le camp de M. Brazier, venant ainsi à la rescousse

de sa défaite subie lors des élections universitaires. Cette attitude des collectivités locales et d'un grand établissement de recherche appuyant le candidat ayant perdu les élections universitaires

est très choquante et révèle les dangers de la loi Fioraso que la FSU a dénoncé avant même son vote par le parlement en juillet 2013.

Aujourd'hui ces collectivités locales et le CNRS portent l'entière responsabilité du blocage institutionnel dont est victime l'UPJV. Il leur appartient donc de prendre des décisions de vote au sein

du Conseil d'Administration respectant les résultats des urnes lors de la consultation générale du 15 mars de la communauté universitaire.

La démocratie n'existe que si elle est respectée, tout autre pratique piétinerait les principes démocratiques de l'université et tend à décrédibiliser la participation des personnels et des étudiants

aux élections universitaires.

Pour la section UPJV du SNASUB-FSU, Sylvain Desbureaux

PS : l'assemblée générale des adhérents du SNASUB-FSU réunie le 10 mai, après avoir auditionné les deux candidats, a décidé à 82% d'apporter sont soutien à la candidature de M. Benlahsen.

 

Le SNASUB-FSU sort en tête (mis à part le collège spécifique des ingénieurs et techniciens de la commission recherche), malgré la multiplication des listes.
Merci à toutes et à tous pour vos voix qui ont permis ce beau résultat et qui réaffirment, s'il en était besoin, la place incontestable du SNASUB-FSU comme 1ère force syndicale chez les BIATSS à l'UPJV.

Elections aux Conseils de l’Université de Picardie Jules Verne
Scrutin du mardi 15 mars 2016


Collège des personnels BIATSS - Personnels des Bibliothèques, Administratifs, Ingénieurs, Techniques de Recherche et de Formation

Sur la page de gauche, vous cliquerez sur l'image pour prendre connaissance de la Profession de foi des candidat(e)s des listes déposées par le SNASUB-FSU
 

 

Pour élire de véritables représentants du personnel :

 

Le 15 mars 2016, VOTEZ ET FAITES VOTER pour les listes du SNASUB-FSU !

 

Le 15 mars 2016, VOTEZ ET FAITES VOTER pour les candidat(e)s des listes SNASUB-FSU !

 

 

 

Elections aux Commissions Paritaires d’Etablissement restreintes (ITRF, AENES, BU) de l'Université de Picardie Jules Verne
Scrutin du 15 décembre 2015

Le SNASUB-FSU est désormais majoritaire en voix dans les trois filières et remporte 14 sièges sur 17.
Merci à toutes et tous !

 

Le détail des résultats

 

 

 

Elections des représentant(e)s aux Commissions paritaires d’établissement (CPE) de l'Université de Picardie Jules Verne
Scrutin du mardi 15 décembre 2015

 

Le mardi 15 décembre prochain, les personnels des bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniques, de santé et sociaux (BIATSS) de l’UPJV sont invités à renouveler leurs représentant(e)s aux Commissions paritaires d’établissement (CPE) compétentes pour leur filière. Celles-ci sont réunies en tant qu'instances consultatives préparatoires à une CAP académique ou à une CAP nationale et sont saisies des questions relevant de la carrière des personnels : propositions d’avancement et listes d’aptitude, évaluation, mutations, détachements, intégrations, éventuelles procédures disciplinaires...


La liste du SNASUB-FSU, pour l’unité de tous les personnels, se situe dans une démarche inter-catégorielle et interservices. Notre action œuvre à l'unité des personnels quelle que soit leur filière (AENES ex-ASU, Bibliothèques, ITRF), leur statut (titulaire ou non…) ou leur catégorie (A, B ou C) pour la défense des revendications et des aspirations de tous les BIATSS.

Le SNASUB-FSU est la seule organisation à présenter des candidats aux CPE dans toutes les filières (ITRF, AENES, BIB) et toutes les catégories (A,B,C).
Nos élus défendent l'égalité de traitement entre collègues dans la gestion de leur carrière notamment lors des opérations concernant l'avancement, les listes d'aptitude, les réductions d'ancienneté, les mutations...
Les élus du SNASUB-FSU sont présents également dans les CAPA (commissions académiques) et les CAPN (commissions nationales).

 

Ci-dessous les candidats présentés par le SNASUB-FSU dans chaque filière :

ITRF C
- Mme Michèle DEFERT - Coordination santé
- Mme Nabila TERCHANI - DRH
- Mme Laurence LAMARRE - ESPE
- M. Alexis BERQUIN - DLPI

ITRF B
- Mme Luciane ZABIJAK - CURS
- M. Sébastien GRESPINET – Coord Santé
- Mme Karine POUILLAUDE - DSVE
- M. Joël VASSEUR - Coordination ESPE

ITRF A
- M. Stéphane DELANAUD - UFR de Médecine
- M. Paulo MARCELO - CURS
- M. Lamine BENSADDEK - UFR de Pharmacie
- Mme Bénédicte FROMENT - SUFTLV

AENES C
- Mme Christelle THUILLIER - DSVE
- M. Frédérick LINANT - UFR Histoire Géographie
- Mme Brigitte BACQ - ESPE
- M. Dominique MEUNIER - STAPS CUFFIES-SOISSONS

AENES B
- M. Frédéric BERQUIN - UFR de Médecine
- Mme Sylvie BARBEY - UFR de Pharmacie
- Mme Myriam FATHALLAH - IUT AMIENS
- Mme Martine AMIOT - UFR d'Economie

AENES A
- M. Franck DI BITONTO - DSVE
- Mme Françoise PRUVOT - Coordination Santé
- Mme Danièle WILLAUME - BU
- M. Sylvain DESBUREAUX - ESPE

BIB C
- M. Aurélien PRIMOT - BU
- Mme Valérie GREGOIRE - BU
- M. Sylvain DELIGNY - BU
- Mme Corinne MORIEUX - BU

BIB B
- Mme Virginie COLIN - BU
- M. Thierry GAUDIER - BU
- Mme Anne GODET - BU
- Mme Adeline PASSARD - BU

BIB A
- Mme Anaïs GUYOT - BU
- Mme Agnès CALAMY - BU

Pour prendre connaissance de notre profession de foi, cliquez sur l'image 

 

 

 

  Comité technique du 22 octobre 2015 

A l'ordre du jour du Comité technique du 22 octobre 2015 figurait, suite à notre demande lors d'un C.T. précédent, la question de l'amélioration de la carrière des non titulaires.

Amélioration de la carrière des personnels non titulaires
Voici ce qui a été obtenu lors cette séance du 22/10/2015 :

Suite à une première proposition de la direction de l'UPJV c'est à la demande du SNASUB-FSU que la durée des échelons cat. C de 1 à 6 a été réduite pour atteindre la même cadence que les collègues titulaires.

En effet ces changements d'échelons ne correspondent qu'à un gain d'un seul point d'indice...
D'autre part le SNASUB-FSU a fait acter que les grilles indiciaires des personnels non titulaires suivrait automatiquement celles des corps correspondant de leur collègues titulaires (adjoint administratifs, adjoints techniques, techniciens, magasiniers, secrétaires, Bibas).
Cela permettra à nos collègues de profiter des quelques avancées prévues dans le cadre de l'accord national PPCR.

 

Le SNASUB-FSU de l'UPJV portait cette année la revendication d'une prime de fin d'année de 500€ pour les BIATSS titulaires et non-titulaires ayant un indice nouveau majoré (INM) inférieur ou égal à 562
Voici ce qui a été obtenu et présenté lors la séance du Comité Technique du 22/10/2015 :

Prime de fin d'année 2015
Catégorie C (titulaires et non titulaires) : 400 €
Catégorie B (titulaires et non titulaires) : 350 €
Catégorie A ayant un INM inférieur ou égal à 562 (titulaires et non titulaires) : 300 €
Catégorie A ayant un INM supérieur à 562 (titulaires et non titulaires) : 200 €

Le SNASUB-FSU a voté pour cette proposition considérant qu'elle répondait partiellement à sa revendication et qu'elle correspondait à une augmentation de 100€ pour tous les BIATSS par rapport à la prime de l'année dernière.

Les élus du SNASUB-FSU au Comité Technique de l'UPJV
Sylvain Desbureaux, Luciane Zabijak, Françoise Pruvot, Pascale Monnier, Jacques Vasseur, Dominique Meunier.

 

 

Le 9 octobre 2015

Monsieur le Président de l'UPJV
Monsieur le DGS de l'UPJV

Le SNASUB-FSU (section locale de l'UPJV) s'adresse à vous ce jour afin de vous alerter sur les conditions de travail et d'études dues à la température régnant dans les locaux universitaires.
En effet dans les locaux peu exposés au soleil la température a fortement chuté ce qui entraine de mauvaises conditions de travail et d'études.
Le service public de la météorologie nationale (appelé aussi Météo-France) nous informe d'une forte baisse de température dès la semaine prochaine.
C'est pourquoi nous vous demandons la mise en route des systèmes de chauffage à l'Université sans tarder (à contrario de l'année dernière puisqu'il avait fallu attendre la rentrée des vacances de la Toussaint pour enfin sentir de la chaleur dans nos locaux).

En vous remerciant par avance de la prise en compte de notre alerte,

Pour la section syndicale du SNASUB-FSU de l'UPJV
Sylvain Desbureaux

 

Conclusion : Remise en chauffe des bâtiments à partir du lundi 12 octobre !

 

 

 

Pour lire, cliquez sur l'image

Le SNASUB-FSU est un des contributeurs de cette revue diffusée dans les établissements d'enseignement supérieur.

Il est à votre disposition pour mieux appréhender l'univers des BIATSS.

Au sommaire :

- Personnels techniques et administratifs de la recherche. Constitution d’une identité professionnelle Daniel Steinmetz
- La syndicalisation dans l’enseignement supérieur et la recherche en France Jacques Fossey
- Le RIFSEEP, un emblème de l’idéologie managériale en action ! Bruno Leveder
- Actualisation du référentiel des métiers. Le savoir-être, deuxième pièce du puzzle François Bonicalzi
- Les ingénieurs et techniciens du CNRS : quelques données de cadrage Florence Audier
- Bibliothécaires, ingénieurs, administratifs, techniciens, personnels sociaux et de santé : des fonctionnaires ordinaires ? Bernard Teissier
- Gérer les parcours de vingt mille étudiants Louisanne Parisé
- Parcours d’une technicienne gestionnaire au CNRS Mireille Choquet
- De l’Inserm à l’université Lucianne Zabijak
- Les personnels techniques dans la chaîne de décision Christophe Hecquet
- Drame silencieux à l’université Sandra et Sophie O’Llog
- Quels défis devant la bibliothécarisation du monde ? Christian Viéron-Lepoutre
- Propos croisés d’acteurs d’universités et d’organismes de recherche Anne-Marie Tixier Dubosc, Magali Vergnes, Hervé Christofol, Antoine Cochet, Patrick Guedj
- La réorganisation de l’Institut de l’information scientifique et technique du CNRS Elise Blotas et Jean Dubessy
- La rémunération des agents contractuels : une question secondaire ? François Ferrette et Raphaëlle Krummeich
- L’agence de mutualisation des universités et des établissements d’enseignement supérieur et de recherche Stéphane Athanase
- Une brève histoire du Cristal Denis Guthleben

 

 

 

 

  SNASUB-FSU INFO - Revalorisation contractuels 

Revalorisation des collègues non titulaires de catégorie C et B

Les élus du SNASUB-FSU de l'UPJV interviennent depuis le début de l'année dans les différentes instances (Comité technique et Conseil d'administration) pour obtenir la revalorisation des collègues contractuels de catégories C et B

afin qu'ils atteignent l'indice plancher des corps de titulaires correspondant à leur contrat.

Le Comité technique ayant donné un avis favorable à cette proposition et le Conseil d'administration ayant délibéré favorablement ce jeudi 4 juin :
Revalorisation à l'indice 321 des personnels contractuels de catégorie C à compter du 01/01/2015
Revalorisation à l'indice 326 des personnels contractuels de catégorie B à compter du 01/01/2015

La mise en paiement de cette revalorisation se fera sur la paye de Juillet 2015.


La section syndicale SNASUB-FSU de l'UPJV se félicite que l'UPJV soit une des premières Universités à prendre cette décision de justice sociale.

 

Le tableau de gauche indique les résultats d'AMIENS au CNESER

(Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche) suite au scrutin du 28 mai 2015.

 

Voici les résultats complets pour Amiens avec la copie des PV de dépouillement

 

Ci à droite, vous pouvez consulter la liste présentée par la Fédération Syndicale Unitaire pour le Collège des Personnels administratifs, techniques, ouvriers et de service ainsi que la profession de foi.


Le CNESER est un organe qui constitue à la fois un comité consultatif placé auprès du ministre chargé de l'Enseignement supérieur et de la recherche, et une juridiction administrative. Il a été créé en 1968.

Le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche assure la représentation des établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel dont les personnels et les étudiants sont élus au scrutin secret et par collèges distincts et, d'autre part, des grands intérêts nationaux, notamment éducatifs, culturels, scientifiques, économiques et sociaux dont les représentants sont nommés par le ministre chargé de l'enseignement supérieur.
 

 

 

 

 

 

Election au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche
Liste présentée par la Fédération Syndicale Unitaire

pour le Collège Personnels administratifs, techniques, ouvriers et de service

 

 

 

 

Comité Technique

Le Comité technique (CT) de l'UPJV s'est réuni le 3 mars 2005 puis le 11 mars 2005 .

A son ordre du jour :
- 2ème campagne d'emplois du second degré

auquel ont été ajoutées 6 questions diverses présentées par la FSU :
- Suite  à la présentation faite et au débat qui a suivi concernant l'organisation des coordinations au dernier CT : qu'en est il de l'embauche de personnels de coordination afin d'assurer l'entretien et la maintenance de nouveaux bâtiments qui engendrent une hausse de plusieurs milliers de m2 à entretenir ? Qu'en est-il de la formation du groupe de travail annoncé lors du dernier CT ?
- Indemnitaire et NBI (BIATSS). Là encore un groupe de travail doit se mettre en place.
- Revalorisation des "traitements planchers" des collègues contractuels de C et B suite à la revalorisation des collègues titulaires de catégorie C et B.
- Requalification des contrats de C en B des techniciens audiovisuels.
- Indications des numéros de postes pour les emplois Enseignants
- Compte épargne temps et gestion des congés par l'application PHP congés.
et 1 question diverse de la part de FO :
- mise en place de listes de diffusion syndicale

- 2ème campagne d'emplois du second degré

La délégation FSU  s'étonne de la non prise en considération des demandes de requalification de postes PRCE  en PRAG concernant l'ESPE.
Elle demande si un dialogue de gestion effectif a eu lieu avec les différents composantes à ce sujet.
Les réponses de la direction concernant l'effectivité du dialogue de gestion sont assez évasives.

Une argumentation sur la nécessité des requalifications des postes est développée par plusieurs intervenants, faisant notamment remarquer que l'ESPE  délivre uniquement  des Master (pas de licences) et dispense aussi des préparations à l'agrégation.

La direction fait remarquer que l'on peut recruter un PRAG  sur support de PRCE .

Une suspension de séance a lieu.

Aucune modification du document présenté n'étant acceptée par l'équipe de direction, le CT vote contre le tableau présenté à l'unanimité (10 contre).

Le Comité technique est donc reconvoqué le 11/03/2015 à 9h00 sur ce même point :
le document ayant subit des évolutions prenant en compte les remarques des membres qui les avaient amené à voter contre à l'unanimité, le document est cette fois ci approuvé à l'unanimité moins deux abstentions.
- Suite  à la présentation faite et au débat qui a suivi concernant l'organisation des coordinations au dernier CT : qu'en est il de l'embauche de personnels de coordination afin d'assurer l'entretien et la maintenance de nouveaux bâtiment qui engendre une hausse de plusieurs millers de m2 à entretenir ? Qu'en est-il de la formation du groupe de travail annoncé lors du dernier CT ?

Concernant la question de l'embauche, il nous est répondu QU4UN prestataire de service intervient désormais en appui lorsqu'il y a des à-coups.

Concernant le groupe de travail évoqué lors du dernier CT, il nous est expliqué qu'il y a nécessité pour la direction d'un travail préparatoire qui commence. A cet effet sont mis en place 4 groupes de réflexion concernant les déménagements et l'organisation dans les nouveaux locaux (Citadelle) :
1/Déménagement , emménagement physique.
2/Gestion des sites et des bâtiments.
3/ Gestion du domaine universitaire, sûreté, sécurité.
4/ Emplois du temps, occupation des salles.

Le groupe de travail issu du CT se réunira à l'automne afin d'étudier les travaux et les pistes issus de ces différents groupes de réflexion.

- Indemnitaire et NBI (BIATSS). Là encore un groupe de travail doit se mettre en place.
La direction nous informe qu'aucune circulaire d'application du nouveau régime indemnitaire n'est parue. Il parait donc prématuré d'installer un groupe de travail à ce sujet. Cependant le groupe de travail indemnitaire va être installé pour, dans un premier temps, travailler sur la NBI. Il se réunira une première fois fin mars 2015.

- Revalorisation des "traitements planchers" des collègues contractuels de C et B suite à la revalorisation des collègues titulaires de catégorie C et B
Rappel : les collègues contractuels de catégorie C et B sont restés sur les "vieux" indices plancher de leur catégorie (309 pour les C et 314 pour les B) alors que nos collègues titulaires débutent maintenant leur carrière à l'indice 321 (cat.C) et 326 (cat.B).

La demande du SNASUB-FSU et du SNESUP-FSU est simple : revaloriser les salaires des collègues contractuels à la hauteur des indices "plancher" des titulaires. Nous faisons remarquer, par ailleurs, que temps que cela n'est pas fait, l'accord local sur les carrières des non-titulaires n'est plus applicable...

La direction nous indique qu'une indemnité différentielle est dores et déjà mis en paiement pour les collègues de catégorie C .

Celle -ci est obligatoire afin de maintenir leur rémunération au niveau du SMIC.
Les calculs pour la revalorisation des catégorie C sont faits : cela engendrerait un coût de 125 000 euros, le coût pour les catégorie B : environ 40 000€. Une décision de la Présidence doit être prise prochainement.

- Requalification des contrats de C en B des techniciens audiovisuels.
La FSU soumet de nouveau cette question afin de connaître les avancées sur ce dossier.
La direction nous indique que le dossier est encore à l'étude...

- Indications des numéros de postes pour les emplois Enseignants
Lors du comité technique du 11mars, les numéros de postes enseignants sont indiqués dans le document.

- Compte épargne temps et gestion des congés par l'application PHP congés.

La question est étudiée lors du CT du 11 mars 2015:

Contrat épargne temps (CET) : Il est expliqué les nouvelles règles avec le plafond de 45 jours (dans le cadre CET). Nous expliquons que si le plafond est à 45 jours il n'y a pas lieu de réduire de 2 jours le nombre de congés (de 42.5 à 40.5) pour le calcul du CET  pour les collègues à plein temps sur 4.5 jours par semaine. La direction l'admet : les collègues qui auraient connu ce cas doivent reprendre contact avec la DRH.

PHP: La direction souligne le manque de fiabilité de l'application. Une circulaire concernant l'utilisation de PHP sera faite assez rapidement dans laquelle devrait apparaitre que ne doivent être géré dans PHP congés que les congés annuels et ne jamais y ajouter la gestion des récupérations, autorisation d'absences, formations....

NB : concernant le plafond des 45 jours pour le CET, le SNASUB FSU effectue une recherche juridique pour vérifier la validité de celui-ci.

- Mise en place de listes de diffusion syndicales
Une étude juridique est en cours. Une proposition émanant du bureau de la présidence de l'UPJV sera faite au CT en fin d'année universitaire.


Pour la délégation FSU au comité technique de l'UPJV,

Sylvain DESBUREAUX

 
Vous trouverez ci-après pour information la composition du Comité Technique de l'Université de Picardie Jules Verne issue des dernières élections de décembre 2014

 

 

  SNASUB-FSU INFO - Prime de fin d'année 

Voici le montant de la prime de fin d'année pour les personnels BIATSS tel qu'il a été présenté par la direction de l'Université au Comité Technique (C.T.) du 05/11/2014 et voté au Conseil d'Administration (C.A.) du 06/11/2014 :

La prime de fin d'année est constituée comme suit :

1/ Prime de solidarité :

- 200€ par agent titulaire ou contractuel dont l'indice est inférieur ou égal à 562
Coût total de cette mesure pour l'UPJV : 184 543,72 €

2/ Prime ministérielle ( suite aux annonces de la ministre de l'Education Nationale et de l'Enseignement Supérieur) élargie aux personnels contractuels de l'UPJV :

- 100€ pour les personnels de catégorie C
- 50€ pour les personnels de catégorie B
Coût total de cette mesure pour l'UPJV : 19 182,65€

3/ Prime exceptionnelle :

- 100€ pour les personnel dont l'indice est supérieur à 562

En récapitulant , voici les montant bruts que les collègues toucheront selon leur catégorie sur la paye de décembre 2014 :
- catégorie C : 300€
- catégorie B : 250€
- catégorie A (INM < ou = 562) : 200€
- catégorie A (INM > 562) : 100€

Le SNASUB-FSU constate que la prime de solidarité stagne à 200€ alors que les difficultés financières des collègues s'accumulent.

C'est pourquoi après avoir demandé une hausse de cette prime les élus de la FSU se sont abstenus lors de l'avis du C.T. sur la proposition de la direction.

L'application du principe de fongibilité asymétrique (qui consiste à transformer des crédits de masse salariale en crédits de fonctionnement ou d'investissement) diminue de 185 964€ la masse salariale de l'établissement.

Cela correspond pratiquement au montant affecté à la prime de solidarité: il y avait donc de réelles possibilités d'augmenter celle-ci.
En conséquence, lors du Conseil d'Administration du 06/11/2014 l'élu du SNASUB-FSU a voté contre le budget modificatif appliquant cette diminution.


N.B. : Voici le pourcentage que représente la prime de solidarité si on la rapporte à la masse salariale globale du budget primitif de l'année 2014 :
184 543 /148 412 907€ ---> 0,12% de la masse salariale.

Le secrétariat de la section SNASUB-FSU de l'UPJV

 

 

Communiqué SNASUB-FSU, SNCS-FSU, SNESUP-FSU du 5 novembre 2014 sur la situation budgétaire dans l'ESR : A quoi joue le gouvernement ?

 

 

 

 

 

Déclaration du SNESUP-FSU au CNESER du 15 septembre 2014

 

Communiqué du SNASUB-FSU du 15 juillet 2014

 

La section du SNASUB-FSU de l'UPJV se félicite du vote unanime des représentants des personnels contre le projet de statuts de l'UPJV lors du Comité Technique du 11 juillet 2014.

Ce vote est la conséquence de la création d'une circonscription électorale spécifique aux IUT (art.49), création qui n'est souhaitée ni par les étudiants, ni par les BIATSS, ni par les enseignants et enseignants chercheurs.


C'est pourquoi nous demandons la suppression de cette disposition du projet de statuts lors de sa présentation au Conseil d'Administration (CA) de l'UPJV du 17 juillet.
 

D'autre part le débat d'orientation budgétaire 2015 est inscrit à  l'ordre du CA (tardif) du 17 juillet.

Le SNASUB-FSU demande le report de ce point lors d'un CA en septembre 2014 afin que ce débat ait lieu dans de bonnes conditions de préparation ainsi que pour assurer la présence du plus grand nombre de membres du CA.

Amiens, le 15 juillet 2014

Le secrétariat de la section SNASUB-FSU de l'UPJV

 

 
Les syndicats A&I UNSA et SNASUB‐FSU ont rencontré le Conseiller social et vie étudiante auprès du Ministre le 28 mai 2014, pour évoquer le dossier de la pérennité de la filière et des emplois de l’AENES dans l’enseignement supérieur.

Communiqué commun AI-UNSA / SNASUB-FSU relatif à un projet de modification du Référentiel des emplois-types de la recherche et de l’enseignement supérieur (REFERENS)

 

Revalorisation indemnitaire pour les personnels BIATSS

Après plusieurs interventions du SNASUB-FSU au Conseil d'Administration de l'UPJV, la revalorisation indemnitaire des personnels BIATSS a été examinée au Comité technique de l'UPJV.
Étaient présent pour la FSU : Sylvain Desbureaux, Dominique Duval, Pascale Monier, Jacques Vasseur et Jacques Willaume.

Vous trouverez ci-dessous les nouveaux montants mensuels de prime.

Ces nouveaux montants seront versés à compter du 1er janvier 2013. Cela fera donc l'objet d'un rappel (de janvier 2013 à mai 2014) lors du 1er versement de ces nouveaux montants dont la direction de l'UPJV nous a indiqué qu'ils auraient lieu sur la paye soit de juin soit de juillet 2014.

Catégorie C :
MAG, ADJAENES et ADTRF 2ème classe : 196.00 €

MAG, ADJAENES et ADTRF 1ère classe : 202.55 €

MAG, ADJAENES et ADTRF principaux 2ème classe : 204.89 €

MAG, ADJAENES et ADTRF principaux 1ère classe : 207.70 €

Catégorie B :
Techniciens, SAENES et BIBAS :

Indice NM < 358 : 264.18 €

Indice NM > ou = 358 : 385.00 €

Catégorie A :
ASI : 385.00 €

IGE 1ère et 2ème classe : 485.36 €

IGE hors classe et AAE : 565.54 €

IGR 2ème classe : 590.51

IGR 1ère et hors classe et APAE : 757.07 €

 

Bibliothécaires : 436.89 €

Conservateurs des bibliothèques : 425.66 €

Conservateurs en chef des bibliothèques : 510.85 €
 

 

Courrier de la FSU au Président de l'UPJV à propos de la COMUE  (Communauté d'Universités et d'Etablissements)

 

Monsieur le Président,
 
La loi 2013-660 du 22 Juillet 2013 d'orientation pour l'Enseignement Supérieur et la Recherche stipule que tous les établissements dépendant directement du MESR doivent se regrouper à court ou moyen terme sous l'une des trois formes suivantes : fusion en un seul Etablissement Public à caractère Scientifique, Culturel et Professionnel (EPSCP) ; participation à la nouvelle structure d'EPSCP créée par la loi dénommée Communauté d'Universités et d'Etablissements (COMUE) ; ou association par convention à un EPSCP.
De plus la loi a automatiquement transformé au 1er Septembre 2013 les PRES en COMUE et impose que les statuts de ces COMUE soient adoptés dans un délai d'un an après l'adoption de la loi.
 
Le Ministère affiche ainsi clairement sa préférence pour les COMUE. Il demande d’expertiser les projets de regroupement avant qu’ils soient soumis aux votes des CA concernés. A cette volonté du gouvernement de piloter au plus près les objectifs et les modalités de ces regroupements doit répondre une association d’autant plus étroite des personnels, des étudiants et des instances représentatives locales (CA, CT) et nationale (CNESER) à la définition et à l’adoption des projets.
Notre établissement dépend du MESR et il est membre du PRES UFECAP. Ses personnels et ses étudiants sont donc directement concernés par ces dispositions, dont les conséquences sur l’orientation et l’exercice des missions de service public, ainsi que sur les conditions de travail et d’études peuvent être considérables.

Vous avez évoqué devant les conseils centraux deux possibilités de COMUE : l'une, inter-académique et inter-régionale, rassemblerait l'UPJV, l'URCA (Reims), l'UTC (Compiègne) et l'UTT (Troyes) ; l'autre regrouperait l'UPJV et l'UTC. Quelle est votre position sur ces deux scénarios?

La FSU défend la nécessité d’une véritable coopération entre établissements d’enseignement supérieur et de recherche, dans le cadre d’un service public régulé au niveau national, à l’inverse de la logique de concurrence exacerbée instaurée depuis la LRU. Cependant, une coopération effective et efficace ne peut se faire que sur la base de projets, dont l’élaboration, tant pour les formations que pour la recherche, implique directement les personnels qui seront chargés de les mettre en œuvre. Une telle démarche est tout le contraire d’un scénario de mise en place précipitée, sous contraintes technocratiques, voire sous menaces financières (telle la course à l’appel à projets PIA2).
La FSU demande donc que les personnels et étudiants de l'UPJV soient largement informés et associés aux projets en cours de définition au niveau de notre « territoire », que des débats sur les choix de regroupements possibles soient organisés, que les avis des personnels puissent s’exprimer, notamment à travers un referendum.
En particulier, notre position sera largement dépendante des réponses aux questions suivantes :
         Objectifs scientifiques et pédagogiques du regroupement ?
         Périmètre et transferts de compétences envisagés ?
         Avantages et inconvénients des différentes formes de regroupement possibles ?
         Conséquences sur les conditions de travail des personnels et des étudiants ?
         Instances de décision associées au regroupement (composition, modalités d’élection, prérogatives, …) ?
         Calendrier et modalités de consultation des personnels et des étudiants ?

Bien sincèrement,

Jean-Philippe MORIN et Sylvain DESBUREAUX

Pour les Bureaux du SNESUP-FSU et du SNASUB-FSU

 

Université de Picardie Jules Verne (UPJV)

 

  Régime indemnitaire des BIATSS 

Lors du conseil d'administration de l'UPJV du 6 février 2014, et suite à une question diverse de l'élu du SNASUB-FSU, annonce a été faite que la revalorisation du régime des primes des BIATSS conformément à la circulaire financière 2013 adressée aux Rectorats aurait bien lieu à compter du 01/01/2013.

 

Cela se traduira par un rappel sur la fiche de paye des agents titulaires au printemps 2014.

Le SNASUB-FSU se félicite d'avoir été entendu et d'avoir su faire entendre les attentes de l'ensemble des collègues ITRF, AENES et des Bibliothèques de l'UPJV sur cette question. La décision de la Présidence de l'UPJV s'inscrit dans la volonté d'une égalité de traitement entre tous les collègues BIATSS de l'académie d'Amiens.

 

 

INDEMNITAIRE UPJV

 

Elections au Conseil d'Ecole de l'ESPE

Scrutin du 5 décembre 2013

 Merci à toutes et tous !

 

Résultats des élections au Conseil d’Ecole de l’ESPE : Carton de la FSU !
13 élus FSU sur 14 au Conseil d’Ecole de l'ESPE !

Le détail des résultats en cliquant sur l'image de gauche

 

 

Dans le cadre de la loi sur la refondation de l'école qui vise à faire évoluer la formation des enseignants, la nouvelle ESPE (École Supérieure du Professorat et de l'Éducation) a été mise en place au 1er septembre 2013
 

Elections au Conseil d'Ecole de l'ESPE Des élections au conseil d'école de l'ESPE auront lieu le 5 décembre 2013. Consultez les modalités de scrutin

Scrutin du 5 décembre 2013

 

Le conseil de l’ESPE : qu’est-ce que c’est ?
Il regroupe des représentants élus, des formateurs, personnels de l’ESPE et usagers (14 élus) ainsi que des personnalités nommées par les universités et le Rectorat (16 nommés).
Il adopte le budget de l’ESPE, définit les règles relatives aux examens. Il se prononce sur la répartition des emplois et les recrutements.
Les élus FSU y porteront nos revendications afin d’améliorer la formation des enseignant-e-s et CPE, les conditions d’étude et de travail des étudiants, des stagiaires, et des formateurs et personnels BIATSS des ESPE.

 

Jeudi 5 décembre 2013

Votez et faites voter pour la FSU !

 

La FSU, qu’est-ce que c’est ?


Première fédération syndicale dans l’enseignement, la FSU rassemble des syndicats intervenant du primaire au supérieur.
Elle défend un service public d’éducation de qualité, se donnant l’objectif et les moyens de la réussite de tous.
Elle prône un syndicalisme de lutte, offensif et de proposition, un syndicalisme unitaire, démocratique tourné vers la défense de ses personnels, la transformation de l’école et de la société pour plus de justice, d’égalité et de solidarité.

 

Nos candidats au Collège E

Sylvain DESBUREAUX
Sandrine CARON

   

Cliquez sur l'image ci-dessous pour lire notre profession de foi

Jeudi 5 décembre 2013

 

Votez et faites voter pour la FSU !

 

 
       
       


 

Amiens, le 25 Novembre 2013
Communiqué FSU (SNESUP et SNASUB) de l’UPJV

Réponse de Michel BRAZIER, Président de de l'Université de Picardie Jules Verne

au communiqué FSU aux questions posées par la FSU (Snesup et Snasub)

dans son communiqué du 25 novembre 2013

Abandon de la recherche fondamentale et réduction de la masse salariale programmés à l’UPJV ?

Questions au Président Brazier

Un article du Télescope d'Amiens du 14 Novembre nous apprend qu’à l’occasion d'une réunion publique de la droite amiénoise en vue des élections municipales, Michel SLAMA, second VP du CA de l'UPJV, s’est exprimé. Selon le Télescope, il a « invité les universités à tourner le dos à la recherche fondamentale pour se concentrer sur le travail avec les industriels » déclarant que ceux-ci « nous font remonter leurs attentes ».

« Désormais autonomes, les universités doivent « travailler avec les acteurs locaux », a-t-il expliqué. Mais, selon Michel Slama, pour gagner l'aisance financière nécessaire à ce travail local, l'UPJV devra réduire sa masse salariale : « Il faudra faire des choix douloureux pour les uns et pour les autres ».

La communauté universitaire ne peut que s'alarmer de telles déclarations. En effet, si elles correspondent bien aux perspectives de l'équipe présidentielle, celles-ci mettent en péril l'indépendance de la recherche, menacent la recherche fondamentale et dégradent encore davantage les conditions d'enseignement et de fonctionnement à l’UPJV.

La FSU, inquiète de la gravité de ces affirmations qui menacent les missions fondamentales de l'Université, appelle chacun à prendre la mesure de ces propos et attend que la présidence fournisse des explications et éclaircisse la situation par des engagements clairs et fermes.
Monsieur le Président Brazier, êtes-vous solidaire des propos tenus par votre second VP du CA ? Si des orientations conformes aux propos de Michel Slama sont actuellement en préparation, quels secteurs, quelles UFR, quels laboratoires, quels services et quels emplois feront les frais « des choix douloureux » de réduction de la masse salariale ?

 

Des réunions publiques thématiques à vocation prospective sont organisées par les listes en lice pour les municipales d'Amiens. Le 7 novembre la liste "Rassemblés pour agir" a organisé une réunion sur le thème du développement économique d'Amiens. C'est en tant qu'expert hospitalo-universitaire, et non en tant que vice-président de l'Université, que Michel SLAMA a été sollicité pour cette réunion sur la question des relations entre la recherche en santé et les entreprises, et a accepté d'y participer.

Au cours du débat, il a en particulier insisté sur la nécessité de développer, dans le domaine de la santé, une recherche translationnelle à l'interface entre la recherche fondamentale et la recherche clinique et d'y associer la recherche appliquée en lien avec les entreprises.

Il a saisi l'occasion de cet échange devant des politiques influents pour expliquer, dans la lignée des motions adoptées par le conseil scientifique et le conseil d'administration de l'UPJV, en quoi le transfert opéré par l'État de la masse salariale aux universités, sans revalorisation, est source de difficultés pour les universités et entrave le développement de leurs politiques de formation et de recherche. Tous les politiques doivent être conscients que cette situation n'est plus tenable et ce message doit être répété à chaque occasion. Il a également profité de cette réunion pour demander que, dans les mois et les années qui viennent, Amiens-métropole puisse aider au développement des liens entre l'UPJV et les entreprises locales, notamment au bénéfice de nos étudiants en alternance et de la recherche, et à la mise en place de la fondation de l'UPJV.

Je connais bien Michel SLAMA. Il est membre actif d'une des UMR de l'UPJV et à ce titre très impliqué dans la recherche fondamentale. Il est donc tout à fait étranger à l'idée d'abandonner cette mission essentielle de l'Université, condition de l'innovation et du développement. J'ajoute que, depuis dix-huit mois, l'équipe de direction a montré par son action sa volonté de soutenir, malgré les difficultés, la recherche dans tous les secteurs. Je tenais donc, par ce message, à rassurer ceux d'entre vous qu'avaient alertés quelques lignes approximatives au sein d'un article de la presse locale.

 Comme vous l'avez sans doute noté, le Président a fourni une réponse sur le point "recherche", mais il n'y a pas un mot sur la réduction de la masse salariale = les suppressions de postes...

Communication sur la mise en place des Ecoles Supérieures du Professorat et de l'Education

Extrait du compte-rendu du Conseil des ministres du 27 novembre 2013

Le ministre de l’éducation nationale et la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche ont présenté une communication relative à la mise en place des écoles supérieures du professorat et de l’éducation.

Parce que la formation des enseignants est un facteur déterminant de la réussite de tous les élèves et de l’amélioration du système éducatif de la France, trente écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) ont été créées au 1er septembre au sein d’une université ou d’une communauté d’universités et établissements. Leurs directeurs et leurs conseils auront été mis en place pour le tout début de l’année 2014.

Ces ESPE préparent à des diplômes à vocation professionnelle, les nouveaux masters « Métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation » (MEEF), qui garantissent à la fois l’acquisition des compétences disciplinaires et des savoir-faire professionnels de haut niveau.

La formation dans les ESPE prend appui sur de nouveaux référentiels de compétences des métiers du professorat et de l’éducation et prépare les futurs enseignants à la diversité de leurs missions : excellence disciplinaire, maîtrise des pratiques pédagogiques, accueil des élèves en situation de handicap, utilisation des outils numériques, travail en équipe, participation à la vie d’un établissement.

Les ESPE sont animées à la fois par des universitaires et par des professionnels de terrain, issus notamment du premier et du second degré de l’éducation nationale, de façon à donner sa pleine dimension professionnalisante à la formation délivrée.

A compter de la prochaine session de concours, une année de stage rémunérée et professionnalisante pour les futurs enseignants sera rétablie. Elle se déroulera, en alternance, dans les ESPE, après la réussite aux nouveaux concours, désormais ouverts aux étudiants dès la première année de master. Les étudiants qui débutent cette formation renouvelée cette année prendront un service à temps plein à la rentrée 2015.

Un comité de suivi, associant acteurs de la réforme et personnalités qualifiées, sera installé le 29 novembre. Il aura pour mission d’apprécier la mise en œuvre de la réforme, de valoriser les bonnes pratiques et de proposer des améliorations. Ces premières mesures ont déjà porté leurs fruits en termes de renforcement de l’attractivité du métier d’enseignant : hausse de 29% des inscrits aux concours de recrutement de la session 2014 par rapport à la session 2013, progression de 50% des effectifs d’étudiants inscrits en première année de master MEEF.

La mise en place d’une formation des enseignants de haute qualité et à forte dimension professionnelle constitue pour l’éducation nationale, comme pour l’enseignement supérieur et la recherche, une des grandes réformes du quinquennat qui vient concrétiser un engagement fort du Président de la République.

 

Dans les universités en panne de crédits, la colère monte !
Les chefs d’établissement dénoncent une situation « bientôt intenable ». Ces messages alarmistes sont étayés désormais par un rapport de la Mission interministérielle recherche et enseignement supérieur.
Article du FIGARO.fr

 

L'élu du SNASUB-FSU vous informe :

Motion débattue et votée à l’unanimité au Conseil d’Administration de l’Université de Picardie Jules Verne le 7 novembre 2013.

 

Le Conseil d’Administration de l’Université de Picardie Jules Verne dénonce l’insuffisance des moyens dont disposent les universités pour l’accomplissement de leurs missions de service public. Le Conseil d’Administration s’inquiète et alerte le gouvernement, la communauté universitaire et les citoyens sur la situation critique de nombreuses universités, incompatible avec les objectifs annoncés par le Président de la République visant à faire de la jeunesse, de l’éducation et de la société de la connaissance, une grande priorité nationale.

 

L’état très dégradé de leurs finances pousse un grand nombre d’universités à mettre en place des plans de rigueur sans précédent. Ainsi, notre université a été contrainte de prendre les mesures suivantes :

- baisse des dotations aux laboratoires en 2013 alors que le nombre d’enseignants-chercheurs produisant augmente et non compensation de la baisse du BQR (Bonus Qualité Recherche), réduction du financement de la maintenance des équipements scientifiques ;

- transformation d’heures CM en TD en licence pro, baisse de la dotation des composantes en 2013 alors que le nombre d’étudiants augmente à l’UPJV, gels des postes en 2012, grande difficulté à développer les licences à 1500 heures et les nouveaux programmes pédagogiques nationaux des IUT et même, dans les filières qui se développent le plus en licence cette année, difficulté à fournir en 2013-2014 les heures complémentaires nécessaires au maintien de groupes de TD à 30-35 étudiants (Staps par exemple).

 

En 2014, malgré les efforts pour ne pas voir perdurer cet état de fait, la situation financière de l’établissement dont le nombre d’étudiants augmente et dont le nombre de boursiers en licence dépasse les 50%, ne permettra pas à l’UPJV d’augmenter les heures complémentaires, les dotations des composantes et des laboratoires, ni de dégeler des postes, ou de financer certaines opérations de maintenance immobilière ou d’équipements scientifiques. Ces mesures fragilisent l’offre de formation, le niveau d’encadrement des étudiants ainsi que le potentiel de rayonnement de notre université et les capacités de travail de nos laboratoires.

 

Après la promulgation, le 22 juillet dernier, d’une loi sur l’ESR qui maintient les universités dans le piège des RCE et ne s’accompagne d’aucune programmation pluriannuelle des moyens, et les annonces de nouvelles réductions des dépenses publiques dans le projet de loi de finances 2014, il y a tout lieu de craindre que la cure d’austérité budgétaire dans notre université se poursuive, voire s’aggrave.

 

La démocratisation de l’enseignement supérieur public, la relance d’une politique de recherche ambitieuse, l’amélioration des conditions de travail des personnels et de réussite des étudiants nécessitent des investissements budgétaires importants. Le Conseil d’Administration de l’université de Picardie Jules Verne demande à l’Etat d’assumer ses responsabilités vis-à-vis des universités. Il demande à la direction de l’UPJV de porter clairement au gouvernement et dans les instances telles que la CPU, les revendications de moyens budgétaires, et de création d’emplois statutaires à la hauteur des missions que nous devons remplir.

Motion à mettre sur le site (avec un intitulé du type "l'élu du SNASUB FSU vous informe....)
Motion débattue et votée à l’unanimité au Conseil d’Administration de l’Université de Picardie Jules Verne le 7/11/2013.

Le Conseil d’Administration de l’Université de Picardie Jules Verne dénonce l’insuffisance des moyens dont disposent les universités pour l’accomplissement de leurs missions de service public. Le Conseil d’Administration s’inquiète et alerte le gouvernement, la communauté universitaire et les citoyens sur la situation critique de nombreuses universités, incompatible avec les objectifs annoncés par le Président de la République visant à faire de la jeunesse, de l’éducation et de la société de la connaissance, une grande priorité nationale.

L’état très dégradé de leurs finances pousse un grand nombre d’universités à mettre en place des plans de rigueur sans précédent.

Ainsi, notre université a été contrainte de prendre les mesures suivantes :
- baisse des dotations aux laboratoires en 2013 alors que le nombre d’enseignants-chercheurs produisant augmente et non compensation de la baisse du BQR (Bonus Qualité Recherche), réduction du financement de la maintenance des équipements scientifiques ;
- transformation d’heures CM en TD en licence pro, baisse de la dotation des composantes en 2013 alors que le nombre d’étudiants augmente à l’UPJV, gels des postes en 2012, grande difficulté à développer les licences à 1500 heures et les nouveaux programmes pédagogiques nationaux des IUT et même, dans les filières qui se développent le plus en licence cette année, difficulté à fournir en 2013-2014 les heures complémentaires nécessaires au maintien de groupes de TD à 30-35 étudiants (Staps par exemple).

En 2014, malgré les efforts pour ne pas voir perdurer cet état de fait, la situation financière de l’établissement dont le nombre d’étudiants augmente et dont le nombre de boursiers en licence dépasse les 50%, ne permettra pas à l’UPJV d’augmenter les heures complémentaires, les dotations des composantes et des laboratoires, ni de dégeler des postes, ou de financer certaines opérations de maintenance immobilière ou d’équipements scientifiques. Ces mesures fragilisent l’offre de formation, le niveau d’encadrement des étudiants ainsi que le potentiel de rayonnement de notre université et les capacités de travail de nos laboratoires.

Après la promulgation, le 22 juillet dernier, d’une loi sur l’ESR qui maintient les universités dans le piège des RCE et ne s’accompagne d’aucune programmation pluriannuelle des moyens, et les annonces de nouvelles réductions des dépenses publiques dans le projet de loi de finances 2014, il y a tout lieu de craindre que la cure d’austérité budgétaire dans notre université se poursuive, voire s’aggrave.

La démocratisation de l’enseignement supérieur public, la relance d’une politique de recherche ambitieuse, l’amélioration des conditions de travail des personnels et de réussite des étudiants nécessitent des investissements budgétaires importants. Le Conseil d’Administration de l’université de Picardie Jules Verne demande à l’Etat d’assumer ses responsabilités vis-à-vis des universités. Il demande à la direction de l’UPJV de porter clairement au gouvernement et dans les instances telles que la CPU, les revendications de moyens budgétaires, et de création d’emplois statutaires à la hauteur des missions que nous devons remplir.
 

 

 

 

Suite aux multiples interventions du SNASUB-FSU, le montant et le nombre de collègues concernés augmentent.

L'année dernière le montant maximal de prime de fin d'année avait été de 150 euros et n' avait été versé qu' aux collègues ne dépassant pas l'indice 358.

Le SNASUB-FSU avait immédiatement réagi en expliquant qu'il était injuste d'écarter de trop nombreux personnels de cette prime fin d'année.

Suite au Comité Technique du 28/10/13 , voici le dispositif pour la prime de fin d'année 2013 (intitulée prime de solidarité)

Versement d'environ 200€ sur la paye de décembre pour les personnels BIATSS (titulaires et non titulaires) ayant un indice majoré inférieur ou égal à 562.

La section du SNASUB-FSU se félicite de cette amélioration et demande à ce que soit inscrit dans le budget 2014 la progression de cette prime. Car il faut dans le même temps constater que, comparé à d'autres administrations, nous restons sur un faible montant .

D'autre part le SNASUB-FSU demande que la revalorisation indemnitaire appliquée pour les personnels administratifs et techniques du rectorat et des EPLE soit mise également en place à l'UPJV dès janvier 2014

Le secrétariat du SNASUB-FSU de l'UPJV

 

Dernière minute !

Lors du Conseil d'administration (C.A.). de l'UPJV du jeudi 7 novembre 2013 l'information a été donnée qu'une possibilité budgétaire supplémentaire de 20 000 euros dédiée à l'enveloppe de la prime de fin d'année (prime de solidarité) était disponible.

Proposition a été faite de consacrer ces crédits à la catégorie de personnels les "moins bien lotis" : nos collègues contractuels de catégorie C.

Nous rappelons que  ces collègues ne touchent aucune prime durant l'année.

Le SNASUB-FSU a soutenu cette proposition et a donc voté pour. Cela se traduira par un versement de 40 € (brut) sur le salaire de janvier 2014.

Par ailleurs le C.A. a validé par un vote l'avis du Comité Technique du 28 octobre 2013 concernant le versement de 200 € (brut) sur la paye de décembre 2013 pour les collègues BIATSS ayant un INM inférieur ou égal à 562, cela au titre de la prime de fin d'année.
 

 

 

Titularisations "Sauvadet" : respect des filières et titularisation sur place...
C'EST POSSIBLE, EN SE MOBILISANT !


Retour sur le recrutement réservé de 30 adjoints administratifs (ADJAENES) à l'Université de Picardie Jules Verne (UPJV)

Lors du comité technique de l'UPJV à l'automne 2012, a été examiné le projet de la campagne d'emplois 2013 intégrant la question des recrutements réservés "Sauvadet". La première proposition de la direction consistait à ne recruter que dans la filière ITRF y compris pour les collègues occupant des postes administratifs. Le SNASUB-FSU de l'UPJV est intervenu en indiquant qu'il était nécessaire d'équilibrer les choses et que l'intérêt des collègues administratifs se situait du côté de la filière AENES ne serait-ce que du point de vue de l'accès aux procédures de mobilité. Il faut remarquer que sur cette question nous avons dû plus affronter le SNPTES-UNSA que la direction. De fait, c'est notre position qui a été retenue (la FSU détient 5 sièges sur 10 au CT et nous avons convaincu le représentant de la CGT).

Au final nous avions donc la répartition suivante des recrutements Sauvadet : 22 ITRF (pas de BAP J), 18 AENES, 2 BIB. Soit 40 postes pour l'année 2013 qui correspondaient bien à 25% par an du vivier des éligibles à la titularisation.

Pour les ADJAENES le recrutement est académique, organisé par le rectorat. Le recrutement sans concours concernait 60 postes dont 42 dans l'enseignement scolaire (les EPLE et les services académiques) et 18 postes à l'UPJV. La difficulté de l'exercice était de s'assurer que les collègues pouvaient être titularisés sur place et ne seraient pas obligée à une mobilité trop importante et non souhaitée. Par exemple, était-il possible de mettre en adéquation le nombre de collègues de l'UPJV recrutés avec le nombre de postes offerts (et vice versa pour les collègues des EPLE et des services académiques) ?

Le résultat du recrutement posa le problème très clairement : sur les 60 ADJAENES recrutés, 30 provenaient de l'UPJV pour seulement 18 postes ouverts dans l'établissement.

La section du SNASUB-FSU est intervenue très rapidement lors d'une séance du conseil d'administration de l'UPJV afin de demander à la Présidence de se mettre en rapport avec le rectorat pour permettre aux 30 collègues de rester à l'UPJV. La première réponse fut très sèche et catégoriquement négative !
Dans le même temps nous avions l'information du fait que le rectorat ne voyait pas d'un mauvais œil un changement de répartition des postes ouverts, bien au contraire. En effet, la situation, si elle en restait là, obligerait 12 collègues à une forte mobilité géographique et fonctionnelle, les amenant très certainement à décliner la titularisation.
Les collègues concernés étaient très demandeurs d'une intervention syndicale en leur faveur et ont pris elles-mêmes pour certaines leurs affaire en main, avec le SNASUB-FSU, en alertant la communauté universitaire de la situation. Une pétition du SNASUB-FSU de l'UPJV fut rédigée demandant au Président de tout faire pour permettre la titularisation de nos collègues sur place, comme le préconise la circulaire ministérielle. Cette pétition a été signée par environ 450 collègues de la communauté universitaire en une dizaine de jours et a permis de débloquer la situation : les « tractations » entre le ministère et l'université pour financer ces postes ont pu débuter. Vers la mi-août la décision est enfin arrivée, les 30 collègues de l'UPJV recrutés sans concours en ADJAENES seront titularisés sur place, sur leur fonction occupée.


Nous ne dirons jamais assez combien a compté dans cette victoire la mobilisation des collègues concernées appuyée par une grande partie de la communauté universitaire.

La détermination de la section syndicale du SNASUB-FSU de l'UPJV (environ 50 syndiqué-e-s), soutenue par la section académique, n'aura pas été vaine et montre que seuls les "combats" que l'on ne mène pas sont perdus d'avance !
 

Sylvain DESBUREAUX
 

 

Cher(e)s collègues, vous trouverez ci-dessous le communiqué commun de l'intersyndicale de l'enseignement supérieur et de la recherche aux manifestations et à la grève du 10 septembre.
Bonne rentrée à tous et toutes


Les organisations syndicales de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche CGT (INRA, FercSup, SNTRS), FSU (SNASUB, SNCS, SNEP, SNESUP, SNETAP), FO (SNPREES), Solidaires (Etudiant-e-s, Sud-Recherche EPST, Sud Education), UNEF
partagent, sur la question des retraites, les inquiétudes de leurs organisations fédérales et confédérales, et s'associent à l'appel à une journée nationale d'action interprofessionnelle avec grèves et manifestations le mardi 10 septembre 2013, pour notamment refuser tout allongement de la durée de cotisation et la sous-indexation des pensions.

L'annonce du passage à 43 années de cotisations à horizon 2020 revient à priver de retraite décente bon nombre d'étudiants, de diplômés, de précaires et de personnels dont l'entrée dans la carrière sous forme pérenne - lorsqu'elle a lieu - est tardive et retardée par la pénurie budgétaire, par la diminution progressive des emplois de titulaires dans le public et le démantèlement progressif des contrats de travail stables dans le privé. L'allongement de la durée de cotisation fixe des conditions inaccessibles à ceux qui connaissent des durées d'études, de formation, de recherche d'emploi non négligeables. Le système de rachat d'années d'études en début de "carrière", même accompagné d'une aide forfaitaire, est nettement insuffisant au regard notamment des difficultés financières des étudiants, des précaires et des privés d'emploi.

Nos inquiétudes concernent aussi les personnels de l'enseignement supérieur et de la recherche qui doivent bientôt faire valoir leurs droits à la retraite. Beaucoup n’atteindront pas le nombre d'années de cotisation permettant d'accéder à une retraite à taux plein à 62 ans, notamment parmi les femmes, et se verront appliquer la double peine de la décote. Certains ont subi le paiement « au noir » de nombreuses années de travail, dans le cadre des libéralités des systèmes associatifs et autres, système qui a été rectifié depuis mais qui pèse encore sur leur dossier de retraite. De même, les personnels ayant travaillé à l'étranger avant leur recrutement en France, ne pouvant valider ces années travaillées, auront une décote d'autant plus grande que le nombre d'annuités exigées augmente. Cette situation devient pire pour les personnels étrangers qui sont recrutés à des âges souvent tardifs (35 - 40 ans et plus). Avec un chômage structurellement élevé et un âge moyen du premier emploi stable de 27 ans, il est déjà quasiment impossible de valider la totalité des annuités. L'allongement de la durée de cotisation qui obligera les seniors à rester en activité ne fera que diminuer les recrutements pour les jeunes diplômés et les précaires.

En conséquence, les organisations précitées appellent à la journée nationale d’action interprofessionnelle avec grèves et manifestations du MARDI 10 SEPTEMBRE 2013. Pérenniser le système solidaire de retraite par répartition nécessite de réparer les injustices engendrées par les précédentes réformes et d’abroger les lois Balladur, Fillon et Woerth-Sarkozy. Il faut en finir avec la précarité et sortir des logiques qui ont diminué le niveau des pensions et créé des inégalités, notamment entre les femmes et les hommes. Le financement des retraites nécessite de construire des alternatives par l'apport de ressources nouvelles, tout particulièrement en améliorant le pouvoir d'achat des salariés et en créant des emplois. Il est urgent :
- D'augmenter l'ensemble des salaires, du privé comme du public, ce qui impose d'en finir avec le gel du point d'indice et de revaloriser réellement le Smic.
- De cesser les cadeaux des exonérations de cotisations sociales pour le patronat, au montant très largement supérieur au « déficit » de 20 milliards d'euros annoncé pour 2020 !
- Mettre en œuvre de dispositions pour que les années d'études et autres ruptures de cotisation ne soient pas préjudiciables aux conditions de départ en retraite.

Pour changer de cap et faire face à la situation, il faut rompre avec les politiques d'austérité et redonner confiance aux salariés, aux étudiants et aux privés d'emploi dans le système solidaire de retraite et de protection sociale.

Paris, le 2 septembre 2013

 

   

ASSEMBLEE GENERALE DES PERSONNELS BIATOSS

VENDREDI 28 JUIN 2013 A 11H00

AMPHI R4 ROTONDE CAMPUS SUD

Les secrétariats des sections syndicales

SNASUB/FSU et CGT de l'UPJV

 

 

Nous invitons l'ensemble des personnels BIATOSS à se réunir le 28 juin 2013 de 11h00 à 12h00 (Campus sud rotonde amphi R4) afin de faire le point sur un certain nombre de questions.

Le SNASUB/FSU et la CGT ont été reçu le 18 juin en délégation par le Président de l'Université. Cela a donné lieu à des échanges notamment sur la question de la prime de fin d'année mais aussi sur la question de la titularisation sur place de l'ensemble des collègues ayant été admis au recrutement Adjoints administratifs "Sauvadet".

D'autre part un Comité Technique de l'UPJV va se tenir le 25 juin 2013 au cours duquel seront abordées outre les questions déjà citées :
- la création de l'ESPÉ et ses conséquences
- l'utilisation du logiciel PHP congés,
- la réorganisation de la DEP.

C'est pourquoi le SNASUB/FSU et la CGT tiennent à rendre compte à l'ensemble des personnels BIATOSS du contenu des délibérations et des éventuelles décisions prises.

Nous espérons en particulier pouvoir à cette date annoncer la décision prise par la direction de l'UPJV (que nous espérons favorable) pour l' affectation à l'UPJV des collègues recruté(e)s "Sauvadet" dans le corps des Adjoints administratifs.

A ce ce sujet une pétition est en cours de signature à l'UPJV, elle en a à ce jour recueilli 250 . Nous appelons l'ensemble des collègues à signer et à faire signer cette pétition par l'ensemble de la communauté universitaire.

Vous trouverez cette pétition ci-dessous

 

Financement des universités : l'équité au service de la réussite de tous ?
Tel est le titre du rapport du Sénat qui fait le constat que cinq ans après la loi LRU, la situation financière des universités s'est dégradée.
En 2010-2011, 23 d'entre elles ont enregistré un déficit pour la deuxième année consécutive.

 

Le rapport

 

La Section syndicale de l'Université de Picardie Jules Verne
à Monsieur le Président de l’Université de Picardie - Jules Verne



Lors du recrutement sans concours « Sauvadet » au grade d’adjoint administratif de 2ème classe, au titre de l’année 2013, 30 collègues de l’UPJV ont été admis et sont donc promis à la titularisation à compter du 1er septembre prochain.
Cela est une très bonne nouvelle pour les collègues concernés et pour l’Université, cela souligne les grandes qualités professionnelles des personnels contractuels en poste à l’UPJV.

Jusqu’à présent, seuls 18 postes seraient ouverts par la direction de l’UPJV pour les titulariser. Pourtant, la plupart de ces collègues souhaitent continuer à œuvrer au mieux pour le service public dans le cadre de leurs fonctions actuelles.

Nous, soussigné-e-s, vous demandons donc, Monsieur le Président, de prendre au plus vite, toutes les mesures nécessaires pour permettre aux collègues concernés qui le souhaitent d’être titularisés sur place, au sein de l’UPJV

 

Cliquez ci-contre pour visualiser notre pétition, l'imprimer et la signer au plus vite !

 

Les pétitions signées sont à retourner à SNASUB/FSU - 9, Rue Dupuis 80000 AMIENS
ou à Sylvain DESBUREAUX - 49 Boulevard de Châteaudun 8044 AMIENS cedex 1

 

Réunion d'information syndicale
(Autorisation d’absence de droit)


Le mardi 11 juin 2013 de 14 à 16 heures

Université de Picardie Jules Verne
Pôle Cathédrale

Amphi Sraffa

Proposition d’ordre du jour :
- Titularisation des personnels non titulaires
- Disparition de l'IUFM et création de l'ESPE
- Prime de fin d'année

Venez nombreuses et nombreux !

 

 

Tous les personnels d’intendance, d’administration, titulaires des catégories A, B et C et non titulaires,

ITRF et de Bibliothèques, syndiqués et non syndiqués, sont invités à participer à cette réunion.

 

Ces heures d’informations syndicales sont un droit qu’on ne peut vous refuser, il vous suffit de prévenir votre supérieur hiérarchique

de votre intention d’y participer à l’aide de cette convocation (Cliquez sur l'image ci-contre).

Les délais de route sont à ajouter au temps de réunion.

En cas de problèmes, n’hésitez pas à nous contacter au 03.22.72.95.02.

 

 

   

Le projet de loi sur l’ESR n’apporte pas la rupture attendue avec la loi LRU et la loi Pacte pour la recherche !


La loi sur l’Enseignement Supérieur et la Recherche doit être débattue à l’Assemblée Nationale dès la semaine du 13 au 17 mai prochains


 Signez la pétition contre le projet de loi ESR en ligne


 

Une Assemblée Générale est prévue le mardi 14 mai et une journée de grève et de manifestations est prévue le mercredi 22 mai lors du débat à l’Assemblée Nationale
 

Des préavis de grève seront déposés pour les semaines du 13 au 17 mai et du 21 au 24 Mai 2013

 

Contre un projet de loi ESR toujours inacceptable !


 

Un nouveau DRH à l'UPJV

 

 Déclaration du SNASUB/FSU de l'UPJV suite au Conseil d'Administration (C.A.) du 11 avril 2013  

Lors de la séance du 11 avril 2013 du Conseil d'Administration de l'UPJV, l'équipe de direction a informé des notifications financières arrivées du ministère pour l'année 2013.

Concernant la partie masse salariale du budget le montant alloué par l’État est supérieur d'environ 600 000 euros au prévisionnel .

Concernant la partie fonctionnement du budget le montant alloué par l’État est inférieur d'environ 1 million d'euros au prévisionnel.

La direction de l'Université a évoqué en séance la possibilité de basculer les 600 000 euros de masse salariale dépassant le prévisionnel vers le budget fonctionnement.

Le représentant SNASUB/FSU des personnels BIATOSS élu au C.A. est immédiatement intervenu afin de s'opposer à une telle opération.

En effet la majorité des restrictions imposées aux personnels et aux services a été argumentée par un problème d’enveloppe de masse salariale trop réduite.

Lors du débat d'orientation budgétaire et du vote du budget prévisionnel 2013 le SNASUB/FSU a demandé l'inscription au budget d'une ligne budgétaire concernant la prime de fin d'année pour les BIATOSS afin de garantir le versement de celle-ci

à tous les BIATOSS, cela a été rejeté par l'équipe de direction au nom d'une incertitude budgétaire...

Aujourd'hui les 600 000 euros non prévus initialement peuvent, entre autres, permettre de décider et d'annoncer rapidement le montant de la prime de fin d'année pour les personnels BIATOSS.

C'est pourquoi le SNASUB/FSU de l'UPJV va demander à rencontrer rapidement le Président de l'Université à ce sujet.

 

Le bureau de la section du SNASUB-FSU de l'UPJV
Lamine Bensaddek, Sylvain Desbureaux, Dominique Duval, Françoise Pruvot, Sylvie Stroh, Jacques Vasseur, Danièle Willaume.
 

 

 Assemblée Générale de tous les personnels et étudiants de l'UPJV le Mardi 9 Avril 2013 à 12h30

Le projet de loi pour la réforme de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) suscite de nombreuses résistances.

A l'appel de la plupart des organisations des personnels et des étudiants (CGT, FO, SNASUB-FSU et SNESUP-FSU, AGEP, FAEP, UNEF), une Assemblée Générale de tous les personnels et étudiants de l'UPJV à propos du projet de loi sur l'ESR

(Enseignement Supérieur et Recherche) se tiendra Mardi 9 Avril 2013 à 12h30, Amphi Ehresmann (hall de l'UFR Sciences).

Un texte de motion sera soumis au vote de l'AG.
Nous espérons nous y retrouver nombreux : ce projet de loi nous concerne tous !

 

 

Voici ci-dessous le texte issu du travail du comité de rédaction qui a été amendé puis soumis au vote de l'AG.

Une des 3 versions proposées pour la conclusion a été votée à la majorité des voix et finalement la motion a été adoptée à l'unanimité moins 2 abstentions.

 

AG de l’ensemble des personnels et étudiants de l’UPJV du 9 Avril 2013

Les personnels et étudiants de l’UPJV attendaient un changement d’orientation du Ministère de l’ESR, en rupture avec la logique libérale de la loi LRU. Or, l’analyse de l’avant-projet de loi montre que le nouveau gouvernement ne rompt en rien avec les réformes précédentes et leur logique dévastatrice de mise en concurrence et de pénurie budgétaire renforçant la présence du secteur privé. Ce projet de loi, s’il était adopté, ne pourrait qu’aggraver la situation des Universités et parachever la détérioration du service public

national de l’ESR auquel la communauté universitaire, rassemblée ce jour en AG, rappelle son attachement.

L’AG s’étonne et s’inquiète du décalage entre les conclusions des ‘‘assises’’ de l’ESR, déjà insatisfaisantes, et le projet de loi de la Ministre G. Fioraso.
A ce titre plusieurs points sont édifiants, citons-en 5 :

1- Missions
Les missions fondamentales d’enseignement et de recherche semblent devoir s’effacer au profit d’un transfert de résultats au monde socio-économique, dans un contexte de mise en concurrence à tous niveaux et de subordination aux politiques locales.

2- Personnels
Malgré la pénurie chronique de postes, aucun plan pluriannuel de création d’emplois n’est annoncé. Au contraire, la précarité des personnels EC et BIATSS apparaît comme la variable d’ajustement des budgets, dans la plus pure logique libérale, alors même que le nombre des UFR en sous-encadrement notoire ne cesse de croître. Les moyens nécessaires pour remédier aux années successives de gels de postes et répondre aux besoins élémentaires des formations et de la recherche sont absents. L’évaluation des EC issue

du décret statutaire de 2009 reste inchangée : l’AERES n’est pas supprimée mais change simplement de nom pour devenir la Haute autorité.

3- Formations
La substitution de mécanismes d’accréditation à l’habilitation et le refus de rétablir le cadrage national des diplômes sont inquiétants pour les étudiants, tout comme l’absence de disposition pour l’accès à la réussite dans les filières générales des étudiants issus

de Bacs professionnels et technologiques. La fusion des filières en grands champs d’enseignement, avec recul de la formation disciplinaire, est également préoccupante. La seule solution proposée au sous-encadrement pédagogique issu de la réforme LMD

se résume à l’obligation pour les Universités de numériser leurs enseignements. Or le numérique ne peut en aucun cas se substituer aux enseignements présentiels. De plus la création des futures ESPE remplaçant les IUFM semble préoccupante quant à l’accréditation

de formations de master comportant un socle disciplinaire minimaliste et insuffisant pour former de bons enseignants. Ce projet se fait dans le plus grand flou et permettrait au rectorat de fermer des formations en fonction des besoins académiques.

Enfin la précarisation des personnels a clairement un impact sur la qualité de la formation et la réussite des étudiants.

4- Sélection
Alors même que la version du projet de loi validée par le CNESER le 25 Février 2013 ne laissait en principe aucune possibilité de sélection avant un an d'étude à l'Université, la version proposée (puis adoptée) en Conseil des Ministres est différente.

Ainsi, au mépris de l'avis du CNESER, l'article L631-1-1 du projet de loi permettrait aux Universités d'imposer une orientation non choisie à tout étudiant de PACES n'ayant pas obtenu de résultats satisfaisants à l'issue d'épreuves passées en début d'année

universitaire. Il s'agirait d’une remise en cause inadmissible du principe d'un enseignement supérieur accessible à toutes et à tous, au mépris de l'égalité des chances et de la démocratisation de l'enseignement supérieur et de la recherche.

5- Gouvernance
Le Président conserve des prérogatives incompatibles avec la démocratie universitaire. La nouvelle gouvernance marque encore un recul de la collégialité universitaire : il y a davantage de personnalités extérieures nommées au CA, qui de plus participent à l’élection

du Président, ce qui dessaisit la communauté universitaire de son droit légitime à déterminer son propre avenir. La fusion du CS et du CEVU en un Conseil Académique, dont on comprend mal l’intérêt, accentue la sous-représentation des MCF, des BIATSS et des étudiants, avec une dérive mandarinale. La création des communautés d’Universités est tout aussi anti-démocratique et comporte des risques majeurs pour les formations et pour le principe de laïcité.

En conclusion, l’AG de l’UPJV exige du Ministère une véritable rupture avec la LRU et, en conséquence, qu’un autre projet de loi soit proposé en tenant réellement compte des souhaits de la communauté universitaire. Enfin elle appelle à des actions de protestation
contre le projet de loi, dans l’unité des personnels et des étudiants.

 

Financement des universités : le rapport du Sénat

Motion revendicative adoptée à la Commission Administrative Nationale du SNASUB/FSU des 26 et 27 mars 2013

Retrait du projet de loi enseignement supérieur recherche

 

 CR de l'Assemblée Générale du mardi 26 mars 2013

L'Assemblée Générale à l'appel du SNASUB-FSU, du SNESUP-FSU, de la CGT, de FO, de l'AGEP et de l'UNEF s'est tenue ce mardi 26 mars 2013 de 13h 00 à 14h 15 en présence de 45 personnes dont une majorité d'étudiants.

Ouverture de l'Assemblée Générale avec un rappel de que ce qui apparaît à la lecture du projet de loi : il se caractérise par une absence de rupture avec la loi LRU et il soumet les universités aux politiques régionales et au monde socio-économique.

 

La principale mission des universités ne semble plus être ni l'enseignement ni la recherche mais le transfert de résultats aux entreprises, la valorisation devenant le critère de l'excellence.

Après avoir constaté que la LRU a conduit les universités à la faillite budgétaire, G Fioraso ne prévoit rien pour pallier à cette situation : la précarité des personnels apparaît comme la variable d'ajustement des budgets qui resteront déficitaires, faute d'augmentation des dotations d'Etat.

 

Enfin, dans la continuité du précédent gouvernement, la Ministre semble se gargariser de sémantique libérale : l'excellence, la compétitivité, l'attractivité, etc... reviennent tout au long du projet de loi.

Ce projet de Loi ne correspond clairement pas à ce que souhaite la communauté universitaire.


Les débats se sont ensuite tenus, plus centrés que lors de la précédente Assemblée Générale sur ce qui concerne les étudiants (pas de moyens prévus pour l'amélioration de la réussite, risque d'augmentation des droits d'inscription, etc...).
A la fin de l'Assemblée Générale, 2 textes de motion ont été proposés et il a été décidé qu'un comité de 6 rédacteurs (3 étudiants, 1 BIATSS et 2 EC), incluant les 2 auteurs des textes proposés, allait faire une synthèse de ces textes et les amender si nécessaire.

Le résultat sera soumis au vote d'une prochaine AG.

 

Prochains rendez-vous :


- Une nouvelle AG se tiendra le mardi 19 mars 2013 au Campus à 12h 30 : suite à divers contretemps et problèmes matériels de réservation de salle, l'AG (au sujet du projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche) initialement prévue le 19 mars, a été reportée

L'AG sur le projet de loi ESR (projet de loi Fioraso) se tiendra le mardi 26 mars 203 à 12h40 dans l'amphi Lavoisier, situé dans le grand hall de l'UFR Sciences.
 

- Participation à la journée d'action du jeudi 21 mars 2013 contre le projet de loi sur l'ESR.

 

Intempéries des mardi 12 et mercredi 13 mars 2013


Le SNASUB-FSU a pris acte de la communication claire de la direction de l'UPJV concernant les intempéries des mardi 12 et mercredi 13 mars 2013.

En effet, en invitant les personnels à ne pas se déplacer durant ces deux jours, la direction a pris la mesure des difficultés et des dangers créés par ces conditions météorologiques.
S'agissant de ces deux jours, les personnels n'ont ni congé à poser ni récupération à opérer.

 

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

 

Le projet de loi pour la réforme de l’enseignement supérieur et la recherche (ESR) suscite de nombreuses résistances.

 

Assemblée Générale de tous les personnels ET étudiants de l’UPJV
le jeudi 7 mars 2013
de 11 à 14 heures au Campus Universitaire d'AMIENS à l'Amphi Rousset

 

CR de l'AG du jeudi 7 mars 2013

 

L'AG à l'appel du SNASUB-FSU, du SNESUP-FSU, de la CGT, de FO, de l'AGEP et de l'UNEF s'est tenue ce jeudi 7 mars 2013 entre 11h 30 et 13h 15 en présence d'une quarantaine de personnes (EC, BIATSS et étudiants).

A titre d'introduction une présentation générale du projet de loi de G FIORASO sur l'ESR (Enseignement Supérieur et Recherche) a été faite. En dépit des fortes attentes de la communauté universitaire, il ne marque aucune rupture avec la LRU, et même l'aggrave sur certains points (ce qui le fait qualifier de "LRU au carré" ou de "LRU aggravée" par nos collègues du collectif "Sauvons l'Université"). La logique libérale est partout à l'œuvre, la compétition à tous les niveaux (entre établissements, entre composantes d'un établissement, entre personnels d'une composante) et la précarité des personnels comme variable d'ajustement des budgets sont maintenues.

Après avoir constaté que la LRU avait plongé nombre d'universités dans la faillite budgétaire, la Ministre ne prévoit aucunement d'augmenter les dotations aux établissements pour répondre aux besoins des formations et de la recherche. Les missions fondamentales de formation et de recherche passent presque au second plan devant la mission de transfert de résultats au monde socio-économique, l'Université apparaissant au service des chambres de commerce et d'industrie et se devant d'être "compétitive" et "attractive". Enfin il ressort que l'Université est de plus en plus soumise aux politiques des Régions.

Le texte qui fait 170 pages a été illustré par un exemple : la gouvernance. Le socle de la LRU reste inchangé, en particulier le Président de l’Université conserve des prérogatives monarchiques. Il y a une modification positive, très largement demandée lors des assises : la prime à la liste en tête dans les collèges PR et MCF pour l'élection du CA, particulièrement injuste et anti-démocratique, disparaît. Cela évitera la situation aberrante qu'on a connu l'an dernier à l'UPJV : avec 49% des voix la liste PR menée par M BRAZIER a obtenu 6 sièges au CA tandis qu'avec presqu'autant (42%) la liste soutenue par le SNESUP/FSU menée par M BENLAHSEN n'a obtenu qu'1 seul siège. En revanche les autres modifications correspondent à des reculs. Il y a davantage de personnalités extérieures nommées au CA, qui de plus participent à l’élection du Président, ce qui dessaisit la communauté universitaire de son droit à déterminer son propre avenir. La fusion du CS et du CEVU en un Conseil Académique, dont on comprend mal l’intérêt et qui semble ingérable (ordre du jour pléthorique nécessitant des séances durant jusqu'à 12h ou des séances tous les 8 jours), s'accompagne d'une dérive mandarinale avec plus d'élus PR que MCF chez les EC, ce qui correspond à un retour en arrière de plusieurs décennies.

La suite de l'AG a consisté en des échanges sur différents points du projet de loi (aspect national ou non des diplômes, moyens financiers, manque de postes titulaires, etc.), qui ont montré une inquiétude et une grande déception. Le texte doit être revu, en sortant de la logique de la LRU Sarkozyste.

 

 

Communiqué de l’Intersyndicale de l’ESR du 11 février 2013

Une loi inacceptable qui ne permet pas de répondre aux attentes des personnels et des étudiants

Commissions Paritaires d'Etablissement

PRES UFECAP
Élections au Conseil d'Administration
Élections au Conseil Académique
Le SNASUB/FSU remercie les personnels qui lui font confiance, merci à toutes celles et tous ceux qui ont voté pour le SNASUB/FSU !
Ce sont encore de belles victoires du SNASUB/FSU

 

 

 

Merci aux personnels BIATOS de l'UPJV d'avoir voté massivement pour les listes présentées par le SNASUB-FSU et la CGT.
Nos listes obtiennent 13 sièges sur 17 dans les CPE restreintes et 67,3% du nombre total des suffrages exprimés lors de ce scrutin.


Voici les résultats détaillés et les noms de nos élus :

Vos représentants mettront tout en œuvre pour défendre les intérêts des personnels de toutes les catégories et défendre le service public de l'enseignement supérieur.

Enfin nous notons avec satisfaction le rejet massif, de la part des collègues, des pratiques d'une autre organisation syndicale consistant en l'envoi de mail mensongers.

La section SNASUB-FSU de l'UPJV
La section FERC SUP CGT de l'UPJV

 

 

Ce mardi 11 décembre 2012, vous avez voté pour les listes du SNASUB-FSU dans les filières AENES et des bibliothèques, et pour la liste CGT - SNASUB-FSU dans la filière ITRF :
- pour la reconnaissance pleine et entière des personnels BIATOSS de TOUTES les filières,
- pour dire NON au clientélisme et à l’arbitraire dans la gestion des carrières,
- pour dire OUI à l’application de règles transparentes, OUI à l’égalité de traitement entre TOUS !

 

Voici nos Candidat(e)s élu(e)s aux Commissions Paritaires d'Etablissement restreintes (CPE) de l’Université de Picardie Jules Verne lors du scrutin du mardi 11 décembre 2012

Les élu(e)s de nos listes veilleront particulièrement à ce que l’égalité de traitement des personnels soit respectée.
Ils rendront possible la jonction avec les élu(e)s du SNASUB-FSU aux niveaux académique et national.

 

Les résultats du SNASUB/FSU en détail


Le SNASUB/FSU remercie les personnels qui lui font confiance, merci à toutes celles et tous ceux qui ont voté pour le SNASUB/FSU !
C'est encore une belle victoire du SNASUB

 

 

 

 

Bulletin spécial d’information

Scrutin CPE du mardi 11 décembre 2012

Section syndicale SNASUB/FSU - UPJV

 

 

à l'U P J V

Le mardi 11 décembre 2012, les personnels seront amenés à voter pour désigner leurs élu(e)s dans les CPE à l' Université de Picardie Jules Verne à Amiens

 

  Le 11 décembre prochain, continuez à faire confiance au SNASUB/FSU ! Votez et faites Voter pour le SNASUB/FSU ! 

 

Le mardi 11 décembre 2012, se tiendra à l’Université de Picardie-Jules Verne le scrutin de renouvellement des élu(e)s des personnels BIATOSS, les titulaires, dans les commissions paritaires d’établissements (CPE).

Il existe 3 CPE distinctes, une par filière : celle des personnels des bibliothèques, celle des personnels ITRF et celle des personnels de l’AENES.

Ces instances jouent un rôle important puisqu’elles fonctionnent en pré-CAP académique ou nationale.

Les candidat(e)s élu(e)s de nos listes (dont 3 listes unitaires CGT - SNASUB-FSU dans la filière ITRF) se battront à l’échelle de l’université comme aux niveaux académique et national pour :
- assurer la défense de tous les personnels, quels que soient leur statut, catégorie ou composante ;
- l’amélioration et le respect des garanties statutaires ;
- l’intégration des personnels précaires et les créations d’emplois nécessaires au bon fonctionnement des services ;
- une politique prévisionnelle des emplois et une véritable revalorisation des salaires et des carrières : cela nécessite de revenir sur la LRU et le passage aux RCE. La gestion par l’université de sa propre masse salariale fait peser une lourde
menace sur l’ensemble des personnels ;
- continuer à refuser la mise en œuvre des primes «au mérite» ;

Les élu(e)s de nos listes veilleront particulièrement à ce que l’égalité de traitement des personnels soit respectée. Ils rendront possible la jonction avec les élu(e)s du SNASUB-FSU aux niveaux académique et national.

Le mardi 11 décembre 2012, Votez et faites voter pour les listes du SNASUB-FSU dans les filières AENES et des bibliothèques, et pour la liste CGT - SNASUB-FSU dans la filière ITRF !

- pour la reconnaissance pleine et entière des personnels BIATOSS de TOUTES les filières,
- pour dire NON au clientélisme et à l’arbitraire dans la gestion des carrières,
- pour dire OUI à l’application de règles transparentes, OUI à l’égalité de traitement entre TOUS !

 

 

 

 

Le SNASUB/FSU remporte largement l'élection au Conseil Académique à l'UPJV avec 60% des voix et 3 élu(e)s sur 4


  Anne GODET, Sylvain DESBUREAUX et Lamine BENSADDEK sont élu(e)s !   
 


Le SNASUB/FSU arrive en deuxième position au Conseil d'Administration et
  Danièle WILLAUME est élue !   

 

PRES UFECAP : Élections au Conseil d'Administration et au Conseil Académique

Créé administrativement le 26 avril 2012 par la publication au journal officiel du décret n°2012-573, le PRES intègre aujourd'hui deux écoles doctorales communes, ainsi que trois SFR (Structures Fédératives de Recherche) : ARC-Mathématiques, Condorcet et Cap Santé, qui développent déjà des projets collectifs. Pour les pérenniser, le PRES doit encore être créé sur le plan institutionnel.
Le Pôle de Recherche et d'Enseignement Supérieur (PRES) "Université Fédérale Européenne Champagne Ardenne Picardie" (UFECAP) est un établissement public de coopération scientifique.

Le 4 décembre 2012
de 9 à 17 heures
 

VOTEZ ET FAITES VOTER
POUR LES LISTES DU SNASUB/FSU !

 

Le SNASUB/FSU remercie les personnels qui lui font confiance, merci à toutes celles et tous ceux qui ont voté ce 4 décembre 2012 pour le SNASUB/FSU !

C'est encore une belle victoire du SNASUB/FSU, un bel encouragement à poursuivre la défense des collègues et l’amélioration de nos conditions de travail

 

 Conseil d'administration du PRES

Liste SNASUB-FSU UPJV/URCA

WILLAUME Danièle (UPJV)
SELLA-NORA Pascal (URCA)
VASSEUR Jacques (UPJV)

Conseil académique du PRES

Liste SNASUB - FSU

GODET Anne (SCD UPJV)
DESBUREAUX Sylvain (IUFM UPJV)
BENSADDEK Lamine ( Santé UPJV)
VOISIN Jean-Christophe ( DRH paie UPJV)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Communiqué de l'intersyndicale nationale FSU, Solidaires, UNSA, SLR et SLU

FSU (SNESUP - SNCS - SNASUB - SNEP)
CGT (SNTRS)
Solidaires (Sud Education - Sud Etudiant - Sud Recherche EPST)
Sup'Recherche UNSA
SLR
SLU


Lundi 26 novembre 2012

Contre la précarité,
Pour l'emploi de titulaires et des salaires revalorisés
Pour le service public d'enseignement supérieur et de recherche


Les établissements de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche sont gravement touchés par l'explosion de l'emploi précaire, l'absence de recrutements de titulaires, la stagnation des salaires et l'indigence des carrières.

L'exigence, que nous portons, d'un plan de titularisation des contractuels répondant à des besoins permanents, quel que soit le support budgétaire, n'est pas entendue par le gouvernement. Le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) annonce son intention de limiter l'emploi précaire. Cependant, restant enfermé dans la rigueur budgétaire programmée jusqu'à 2017,
il refuse d'augmenter la masse salariale sur la Subvention d'Etat. Cette augmentation de la masse salariale est pourtant indispensable pour pourvoir tous les emplois de titulaires libérés et ouvrir des perspectives sérieuses de transformation de CDD en postes de titulaires.

Le Ministère entend appliquer la loi du 12 mars 2012 (loi Sauvadet), pour la transformation des CDD en CDI et pour les procédures de titularisation, en prenant les postes réservés sur le contingent des postes libérés par les départs de fonctionnaires. Il refuse également d'ouvrir des recrutements réservés pour les corps dits A+ (Ingénieurs de Recherche, chercheurs, enseignants-chercheurs et agrégés).

Les conséquences de ces choix de gestion de l'emploi et de la masse salariale, c'est la poursuite des dégraissages de CDD par non renouvellement de leurs contrats, c'est la pérennisation de l'emploi précaire, c'est une diminution des effectifs de titulaires, c'est une nouvelle réduction des promotions des personnels ingénieurs et techniciens et des personnels des bibliothèques (baisse des concours internes et des avancements au choix, des listes d'aptitude du fait de la diminution des concours externes), c'est la
stagnation des salaires alors que les primes individualisées continuent de se développer.

Par ces choix (refus d'augmenter la masse salariale et le nombre de postes), le ministère oppose de fait, contractuels et titulaires, mais aussi contractuels éligibles aux recrutements réservés et les autres contractuels ou les nouveaux candidats à un recrutement. C'est intolérable. Les droits de tous les agents concourant aux missions de l'ESR doivent être reconnus.

Cette situation de l'emploi est liée d'une part, à la politique d'austérité du gouvernement et d'autre part, fondamentalement à l'organisation de l'ESR, mise en place par les gouvernements précédents, que le gouvernement actuel s'apprête à pérenniser en se contentant de la toiletter légèrement, en contradiction avec les attentes des personnels et des étudiants. De fait, la politique de concurrence exacerbée entre les établissements et entre les personnels est orchestrée par la loi dite du Pacte pour la recherche, la loi LRU, les structures dites d'excellences (Idex, etc), l'AERES et les dispositifs organisant la course aux ressources propres (appels d'offres de l'ANR, appels d'offres du Grand Emprunt, contrats européens, formation par apprentissage, formation continue,...).
Cela aboutit inévitablement à développer dramatiquement l'emploi précaire notamment par l'explosion des appels d'offres générés par ce système, à ne pas améliorer la réussite des étudiants, à réduire la démocratie et la collégialité à une peau de chagrin, et à terme à remettre en cause le statut de fonctionnaire dans l'ESR.

La mobilisation de tous les précaires et les titulaires est indispensable pour imposer d'autres choix.

Les organisations soussignées appellent les personnels à se rassembler partout, et plus particulièrement à Paris, le lundi 26 novembre, jour d'ouverture des Assises de l'ESR, à une heure et des lieux qui seront précisés ultérieurement.

Elles appellent à préparer cette journée par des Assemblées Générales, des contacts avec la presse, des démarches envers les parlementaires, etc.

Elles apportent leur soutien aux initiatives déjà lancées : lettres ouvertes (comme à Montpellier), pétitions* et appels à des AG** contre la précarité.

Paris, le 13 novembre 2012

Signataires :
FSU (SNESUP - SNCS - SNASUB - SNEP) - CGT (SNTRS) - Solidaires (Sud
Education - Sud Etudiant - Sud Recherche EPST) - Sup'Recherche UNSA -
SLR - SLU

 

 

 

Communiqué de l’Intersyndicale SNASUB/FSU - FERC/CGT de l’UPJV

L’Intersyndicale SNASUB/FSU - FERC/CGT de l’UPJV œuvre pour la défense de tous les collègues tant du point de vue des conditions de travail que du point de vue de la défense des emplois, de la résorption de la précarité et de la défense du pouvoir d’achat. Dans ce cadre, elle demandait notamment en septembre dernier, la mise en place d’une prime de fin d’année à hauteur de 1000 € pour tous les personnels BIATOSS, argumentant que cela représentait à peine 1% de la masse salariale globale de l’UPJV.

Ce n’est malheureusement pas la décision qui a été retenue…


La direction de l’Université de Picardie Jules Verne nous a annoncé hier sa décision concernant la prime de fin d’année pour les BIATOS.


Une enveloppe de 100 000 euros sera répartie en direction des agents BIATOS les moins bien lotis au niveau indemnitaire pendant l’année : il s’agit des collègues contractuels qui ne bénéficient d’aucune prime indemnitaire et des collègues titulaires de catégories C et B dont l’INM (indice nouveau majoré) est inférieur à 358.
 

La prime de fin d’année sera ainsi répartie :
- 200,00 euros pour les collègues contractuels
- 200,00 euros pour les collègues titulaires de catégorie C dont INM < 358
- 120,00 euros pour les collègues titulaires de catégorie B dont INM < 358
 

L’Intersyndicale SNASUB/FSU - FERC/CGT de l’UPJV estime que ces montants sont très largement insuffisants et que trop de collègues se trouvent de fait écartés de cette mesure et ne percevront rien…
Le SNASUB/FSU et la FERC/CGT soulignent néanmoins que les revendications répétées pour obtenir une prime de fin d’année ont porté leurs fruits pour les plus défavorisés d’entre-nous.

 

Le communiqué du 25 octobre 2012

 

 

 

Contribution de la section du SNASUB/FSU de l’UPJV aux assises locales de l'enseignement supérieur

 

Octobre 2012

Le SNASUB-FSU se prononce pour une rupture avec les politiques d'enseignement supérieur et de la recherche menées depuis plusieurs années.
C'est de changements profonds dans les orientations suivies dont le pays a besoin pour reconstruire le service public et non d'aménagements à la marge.

Cette rupture passe par l'abrogation des lois recherche et LRU. Cette rupture suppose aussi l'abandon des processus dit «d'excellence » et la dénonciation immédiate des conventions IDEX-Etat déjà signées.

Le SNASUB-FSU se prononce pour la suppression pure et simple des IDEX et refuse toute concertation visant à mettre en place une version à peine édulcorée.

Les fusions d'établissement et la mise en place de structures de gouvernance en dehors des universités (PRES, fondations, IDEX...) mettent à bas le principe d'universités publiques dotées de statut similaire.

Il faut assurer un aménagement du territoire équilibré par des universités de plein exercice et relancer la démocratisation de l'enseignement supérieur.

Il faut revenir d'urgence à un cadre national pour l'ensemble des établissements d’Enseignement Supérieur et de Recherche

Cette rupture doit se concrétiser également par un collectif budgétaire avant même le projet de loi de finances 2013 afin d'abonder immédiatement les enveloppes de masses salariales des établissements d'enseignement supérieur.

Les personnels BIATOSS dans l'enseignement supérieur :

- Bas salaires et très bas salaires sont la réalité de la grande majorité des personnels BIATOS. Il y a urgence à revaloriser les carrières, les salaires et l'indemnitaire en respectant les statuts (ITRF, Bibliothèques, AENES).

Il faut aussi revenir à un cadrage national de l'enveloppe indemnitaire afin de garantir une augmentation et une égalité de traitement des personnels sur tout le territoire.

- Il y a urgence à dégager des moyens en emplois pour permettre aux Établissements de l'Enseignement Supérieur de titulariser les contractuels remplissant les conditions de la loi dite « Sauvadet » dans un premier temps et en attente

d'un véritable plan de titularisation.

- La LRU a pour effet de faire quasiment disparaître les personnels BIATOSS des conseils centraux et en particulier des conseils d'administration.

Cela n'est pas admissible si l'on veut pour tout le moins tenter de faire vivre la démocratie universitaire.

 

 

Déclaration de l’Intersyndicale BIATOSS de l’UPJV (SNASUB-FSU , FERC CGT)

 

Septembre 2012


En consultant la liste des vice présidents délégués et chargés de mission sur le site internet de l’UPJV, nous constatons le choix de la part du Président d’intégrer, dans son équipe, des représentants du SNPTES-UNSA (organisation syndicale minoritaire à l’UPJV).

Nous constatons également que ce syndicat a fait le choix d’intégrer l’équipe de direction, ainsi l’UPJV est maintenant dotée d’un vice président délégué au cadre de vie et au bien être au travail…
 

L’intersyndicale BIATOSS de l’UPJV (SNASUB-FSU, FERC CGT) va, quant à elle, continuer à œuvrer pour la défense de tous les collègues tant du point de vue des conditions de travail (souffrance au travail, stress, sécurité, risques psycho-sociaux…) que du point de vue de la défense des emplois, de la résorption de la précarité et de la défense du pouvoir d’achat.


C’est pourquoi nous demandons dès à présent à l’équipe de direction de l’UPJV :
- La mise en place rapide du CHSCT (Comité Hygiène Sécurité et Condition de Travail) et du document unique d’évaluation des risques professionnels.
- La mise à disposition des postes pour permettre la titularisation des collègues contractuels suite à l’application de la Loi Sauvadet.
- La mise en place d’une prime de fin d’année à hauteur de 1000 € pour tous les personnels BIATOSS
(cela représenterait à peine 1% de la masse salariale globale de l’UPJV).
 

Répondre à ces revendications c’est avancer réellement vers un « bien être au travail ».

 

Déclaration Intersyndicale BIATOSS de l’UPJV

 


 

Demande urgente d'audience au sujet du mouvement interne de l'UPJV le 28 août 2012

Monsieur le Président de l'UPJV,

Les trois organisations syndicales de l'UPJV soussignées souhaitent que vous les receviez en urgence jeudi 30/08/2012 au sujet du mouvement interne de l'UPJV.

En effet, à ce jour aucune information n'est parvenue ni aux personnels postulant ni aux services concernés par le mouvement, cela alors que l'activité de l'UPJV à repris pour l'année universitaire 2012-2013 depuis le 20 août.
Cette situation n'est pas acceptable tant du point de vue des personnels que du point de vue du fonctionnement des services.

FERC CGT, SNASUB-FSU, SNPTES-UNSA

 

Convergences Spécial Sup' juin 2012

 

Voici les résultats du SNASUB/FSU aux élections aux conseils centraux de l'UPJV

Ces résultats placent maintenant très clairement le SNASUB/FSU comme 1ère force syndicale chez les BIATOSS à l'UPJV

Le SNASUB/FSU remercie les personnels qui lui font confiance, merci à toutes celles et tous ceux qui ont voté pour le SNASUB/FSU !
C'est encore une belle victoire du SNASUB, un bel encouragement à poursuivre la défense des collègues et l’amélioration de nos conditions de travail

Elu au CA pour le SNASUB/FSU : Sylvain DESBUREAUX

Elus au CEVU pour le SNASUB/FSU : Jacques VASSEUR et Franck DI BITONTO

Elue au CS pour le SNASUB/FSU : Danièle WILLAUME

Elue au CS pour le SNASUB/FSU : Diane DELACOURT

Le SNASUB-FSU obtient donc 5 sièges sur 12 pour les BIATOSS dans les conseils centraux de l'UPJV

 

ELECTIONS DES 17 ET 18 AVRIL 2012 AUX CONSEILS CENTRAUX DE L’UNIVERSITE DE PICARDIE JULES VERNE
Personnels ingénieurs, techniques de recherche et de formation, personnels des bibliothèques, personnels de l’administration de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, titulaires et non titulaires,
PLUS QUE JAMAIS, LES BIATOSS ONT BESOIN D’ETRE INFORMES ET DEFENDUS !
Les 17 et 18 avril 2012, VOTEZ ET FAITES VOTER POUR LES LISTES présentées par le SNASUB- FSU !

 Notre profession de foi et nos candidats


 

Le SNASUB-FSU prévoit 2 réunions d'information du personnel BIATOSS en vue des élections aux conseil centraux de l'UPJV du 17 et 18 avril 2012

 

Elections aux conseils centraux de l’UPJV

à l'attention de l'ensemble des collègues BIATOSS de l'UPJV


Le SNASUB-FSU présente ses candidats aux 3 conseils (CS, CEVU, CA)

 

Afin de faire le bilan avec vous de l’activité des élus du SNASUB-FSU et de présenter la démarche syndicale dont sont porteurs les candidats, nous vous invitons à participer aux

réunions de présentation des listes du SNASUB-FSU


Jeudi 12 avril 2012 à 10h00 Amphi R4 rotonde du campus sud

(pour les collègues de la présidence, de la coordination, de l’agence comptable, de la B.U. campus, des UFR du campus, de STAPS, de l’IUT, de l’IUFM, du SSHSE et du SUMPPS ).

 

Lundi 16 avril 2012 à 14h en salle 218 (2ème étage) Pôle Cathédrale

 

pour tous les collègues (coordinations, bibliothèques, services, UFR…) du Pôle Cathédrale, du Pôle Sciences, Pôle Santé, du Pôle Arts et de la DEP.

 

Les collègues BIATOSS des sites extérieurs à Amiens sont invités à participer à l’une ou l’autre de ces réunions.

 

SNASUB/FSU Infos UPJV avril 2012

Jour de carence
Nous tenons à exprimer fermement notre opposition à ces nouvelles dispositions législatives défavorables à l’ensemble des personnels.

Personnels non titulaires
Suite à la parution de la loi, les collègues doivent maintenant vérifier s’ils sont éligibles à un CDI ou à une éventuelle titularisation.
Le SNASUB/FSU UPJV lance une campagne de recensement des situations des agents à l’aide du formulaire à remplir et à nous retourner.

Pour tous contacts :
Sylvain Desbureaux sylvain.desbureaux@u-picardie.fr
Lamine Bensaddek lamine.bensaddek@u-picardie.fr
Jacques Vasseur jacques.vasseur@u-picardie.fr
Permanence syndicale tous les jeudis au 03 22 72 95 02

 INFO du 9 décembre 2011

 

Déclaration intersyndicale commune du SNESUP-FSU du SNASUB-FSU et de la CGT au sujet du projet de statuts du PRES UFECAP

"Les deux régions Picardie et Champagne-Ardenne sont des régions fragiles économiquement et doivent faire face au défi de l'accès à l'université et de la réussite des étudiants de milieux souvent modestes.

Le souhait des deux universités de coopérer et de mettre en synergie leurs connaissances a été concrétisé par le principe d’un PRES de coopération qui avait donné lieu à des avis favorables des deux CA, déclenchant ainsi un processus de rapprochement malgré
l’éloignement géographique.
 

Toutefois, dans son rapport annuel de 2011, la Cour des comptes souligne au sujet des PRES « un manque de constance dans l’accompagnement, un trop grand écart avec les organismes de recherche et également une trop grande dispersion des structures de regroupements ». Elle reproche également « des résultats décevants en matière de formation comme de recherche » alors que « les PRES engendrent une augmentation des dépenses publiques »... Suite ici
 

Le jeudi 1er décembre 2011, de 14 à 16 heures, se tiendra une information syndicale à l'IUT de LAON - 2 rue Pierre Curie - Salle 302

 

- Aide sociale : après le passage à l’autonomie, quels sont les droits des personnels titulaires et contractuels ?  Le représentant du personnel du SNASUB/FSU siégeant à la commission d’action sociale sera présent pour expliquer le nouveau dispositif.
- Primes et indemnités : quelle augmentation pour les personnels en 2011 ? Toutes les informations en notre possession vous seront données à ce sujet.

 

 

 INFO du 18 novembre 2011

 

Communiqué des élus FSU au Conseil d'Administration de l'UPJV

Le Président de l'UPJV a retiré de l'ordre du jour du C.A. l'examen des statuts du PRES UFECAP.
Nous nous félicitons de cette décision.

Le Président a annoncé la mise en ligne publique du projet de statut du PRES et la possibilité de faire remonter des amendements. Une séance spéciale du Conseil d'Administration sera consacré à l'examen et amendement du texte le 2 décembre 2011. Cela répond en partie à l'exigence d'information, de présentation et de concertation de la communauté universitaire portée par l'intersyndicale FSU CGT.

D'autre part nous avons réitéré les questions concernant l'avenir de l'UPJV et continué à demander la consultation du Comité Technique élu le 20 octobre 2011.

Les élus FSU (SNASUB et SNESUP) au Conseil d'Administration de l'UPJV,
Sylvain Desbureaux et Abder Ouaqqa
 

 INFO du 17 novembre 2011

 

Le projet de statut de PRES n'a finalement pas été soumis au vote du CTP du 15/10.

La FSU (SNASUB et SNESUP) et la CGT s'en félicitent et appellent la direction de l'université à organiser une large information et concertation de la communauté universitaire à ce sujet.
La fermeté qui a conduit la FSU et la CGT à refuser de siéger (c'est une première depuis l'installation du CTP en 2009) a payé. En effet un avis favorable d'un CTP dans lequel plus des 2/3 de la parité syndicale refuse de siéger n'aurait pu apparaître que très peu légitime.

Nous demandons que soit communiqué largement le calendrier et la méthode d'adoption de ces statuts.

L' Intersyndicale FSU CGT de l'UPJV

 

 CTP de l’UPJV du 15 novembre 2011

DECLARATION PREALABLE des élus FSU et CGT au CTP de l’UPJV du 15 novembre 2011
 

Monsieur le Président de l’UPJV,


Le 9 novembre vous avez convoqué le CTP, pour examiner le projet PRES UFECAP qui engagera l’avenir de l’UPJV avec des conséquences importantes sur le fonctionnement de notre université. L’ensemble des syndicats, FSU (SNASUB et SNESUP) CGT et
UNSA, ont dénoncé cette précipitation et ont refusé de siéger à ce CTP.
Aujourd’hui 15 novembre 2011 nous sommes de nouveau convoqués avec le même ordre du jour.
L’examen du projet de statuts du PRES « Université Fédérale Européenne Champagne Ardennes Picardie » nous apparaît toujours précipité. Les enjeux et les conséquences de la création de ce PRES nécessitent une consultation et une concertation large des
communautés universitaires (Champagne-Ardennes, Picardie). A l’UPJV nous considérons que le projet de PRES doit être présenté préalablement aux différents conseils de gestion et aux différents conseils d’équipes de recherche.
 

Les premières questions qui émanent de la création du PRES UFECAP et pour lesquelles nous n’avons aucune information sont les suivantes :
- Qu’en est-il du financement de cette nouvelle structure ?
- Qu’en est-il de l’avenir des deux universités sachant que les Ecoles Doctorales et les masters seront directement rattachés au
PRES ?
- Qu’en est-il de l’avenir des équipes de recherche sachant que les écoles doctorales et les masters sont rattachés à des laboratoires
existants ?
- Qu’en est-il de la mutualisation des services et de ses effets directs sur les emplois (AENES, Bibliothèques, ITRF, Enseignants
chercheurs et associés, titulaires et non titulaires…) et sur l’organisation du travail (mobilité, précarité…) ?
- Qu’en est-il de la mutualisation des formations et ses effets attendus comme la suppression des matières à faible effectif ou
jugées « non rentables »?
 

D’autre part, les élections au C.T. s’étant déroulées le 20 octobre dernier et ses membres étant élus, c’est devant cette instance que doit être examiné ce projet de PRES et non pas devant un CTP devenu obsolète.
C’est pourquoi nous vous demandons aujourd’hui de ne pas soumettre le projet de statuts devant cette séance du CTP.
Si ce point d’ordre jour est maintenu, nous appelons l’ensemble de la représentation syndicale à quitter la séance.
Fait à Amiens le 15 novembre 2011.


Copie transmise au Ministre de l’Enseignement Supérieur, au Recteur de l’Académie d’Amiens, Chancelier des Universités, au Président de la Région Picardie, au Président de l’AERES, et au Président de l’URCA.
 

L’ordre du jour du CTP a été maintenu par le Président.
Les 7 élus CGT et FSU de la représentation syndicale ont quitté la séance. Seuls les 3 élus de l’UNSA ont décidé de siéger avec l’Administration.

 

 CTP de l’UPJV du 9 novembre 2011

 DECLARATION des élus FSU et CGT au CTP de l’UPJV


Les membres de la FSU (SNASUB et SNESUP) et de la CGT élus au CTP de l’UPJV décident de ne pas siéger ce 9 novembre 2011.

L’examen du projet de statuts du PRES « Université Fédérale Européenne Champagne Ardenne Picardie » nous apparaît précipité. Les enjeux et les conséquences de la création de ce PRES nécessitent une consultation et une concertation large de la communauté universitaire dont les conseils de gestion des composantes.

D’autre part, les élections au CT s’étant déroulées le 20 octobre dernier et ses membres étant élus, c’est devant cette instance que doit être examiné ce projet de PRES et non pas devant un CTP qui sera dissout le 15 novembre 2011.

Fait à Amiens le 9 novembre 2011.

 

 

La FSU, principale fédération syndicale du monde éducatif, conserve sa première place !

 

Vous avez voté pour le SNASUB et la FSU !

La FSU et le SNASUB remercient les personnels qui lui font confiance et poursuivront avec eux son action pour le développement et l’amélioration du système éducatif et de l’ensemble des services publics;

 

La FSU a obtenu 40,62% des voix à l’issue du dépouillement des votes au Comité Technique Ministériel, soit 7 sièges sur un total de 15 sièges

 

La FSU conserve également sa première place au Comité Technique de l'UPJV d'AMIENS, soit 5 sièges sur un total de 10 sièges

Avec plus de 51% des voix exprimées (401 voix) au scrutin du Comité Technique la FSU est toujours en tête au sein de l'UPJV.  

Nous obtenons 5 sièges sur 10 au CT.  
Les dix premiers collègues de notre liste siègerons donc  (Notre liste figure ci-dessous). 

 

Pour le scrutin CCP (non titulaire), là encore la FSU est en tête avec 44 % des voix, mais surtout nous obtenons 3 sièges sur 6 (1 siège dans chaque catégorie). 

 

 

 
 

  Le 20 octobre prochain, voter FSU, c'est agir pour se défendre et pour défendre le service public 

Personnels BIATOS, Enseignants et Enseignants-chercheurs de l'UPJV

Le 20 octobre vous êtes appelé à voter pour élire vos représentants au Comité Technique (CT, ex CTP)

Ce scrutin est très important, aussi bien pour les BIATOS que pour les Enseignants et Enseignants-chercheurs. En effet, l'UPJV étant passée aux RCE (autonomie financière et gestion de la masse salariale) au 1er janvier 2011, les décisions prises localement sont maintenant d'une extrême importance tant en matière de recrutement, d'emploi et de redéploiement des postes qu'en matière de financement, de fixation du montant des primes et de mise en place d'une grille de progression indiciaire pour les collègues contractuels.

Les élus de la FSU (SNASUB et SNESUP), dans l'unité BIATOS-Enseignants, ont rempli leur mandat au sein du CTP. Ils ont combattu la logique de la politique gouvernementale de casse du service public de l'enseignement supérieur. Ils ont agi pour maintenir l'égalité de traitement et la transparence, notamment sur le dossier des primes. Enfin ils ont bataillé sans cesse en rappelant la nécessité d'obtenir la titularisation des contractuels et, dans l'urgence, la garantie du réemploi.

L'action syndicale locale va être déterminante dans les années qui viennent tant la pression due à l'autonomie de l'UPJV va peser et pourrait inciter à utiliser les personnels comme variable d'ajustement.

C'est pourquoi la FSU (SNASUB et SNESUP) présente une liste composée pour moitié de collègues BIATOS et pour moitié de collègues Enseignants et Enseignants-chercheurs (voir au recto). Notre liste est la seule à donner toute leur place aux Enseignants et Enseignants-chercheurs.

Ces collègues s'engagent à défendre le service public qu'est l'UPJV, à défendre les statuts des personnels et à agir pour obtenir de nouveaux droits pour les personnels contractuels.

 

Le 20 octobre, voter FSU C'est agir pour se défendre et pour défendre le service public !

Le SNASUB/FSU 

au service des Personnels Administratifs,

des Personnels ITRF et des Personnels des Bibliothèques 

de l’Académie d’Amiens : toute l'année !

  Liste présentée par la FSU (SNASUB et SNESUP)

1. Sylvain DESBUREAUX
2. Valérie VARNEROT
3. Dominique DUVAL
4. Abderrahmane OUAQQA
5. Jacques VASSEUR
6. Jacques WILLAUME
7. Sylvie STROH
8. Alain JAAFARI
9. Françoise PRUVOT
10. Maurice ROUSSEL
11. Pascale MONNIER
12. Marie-Domitille PORCHERON
13. Lamine BENSADDEK
14. Fabrice GUILBAUD
15. Danièle GAUFFRE-WILLAUME
16. Vincent NIOT
17. Anne-Marie DAMIS-TOURNEUR
18. Jean-Philippe MORIN
19. Luisa CARTON
20. Anas CHERQUI

 

  Bureaux de vote sur les sites de l'UPJV 
   Présidence, Pôle Arts, Pôle scientifique (Rue St Leu), Pôle santé (Rue des Louvels), Pôle cathédrale, IUT de l'Aisne (Site de St Quentin), IUT de l'Aisne (Site de Laon), IUT de l'Aisne (Site de Soissons),

   IUT de l'Oise (Site de Beauvais), IUT de l'Oise (Site de Creil).


 


 

  UPJV - Primes pour les BIATOSS 

Après la rencontre entre le Président de l'UPJV et les représentants du SNASUB/FSU du vendredi 7 octobre au sujet des primes, après la consultation du CTP :


Le Président de l'UPJV a annoncé aux membres du conseil d'administration (le 14 octobre 2011) l'application du coefficient 5 sur les primes de l'AENES et une augmentation analogue pour les filières ITRF et Bibliothèques avec effet rétroactif à compter du 01/01/2011.
 

D'autre part une prime de fin d'année est prévue pour les contractuels :

Catégorie C = 200 euros

Catégorie B = 125 euros 

Catégorie A = 90 euros 

Le SNASUB/FSU a souligné que la nouvelle donne budgétaire due à l'autonomie de l'UPJV fait disparaître de fait le reliquat qui permettait le versement d'une prime de fin d'année, en grande partie à destination des collègues de toutes catégories (titulaires et contractuels)

Le SNASUB/FSU est donc intervenu lors du C.A. au cours du débat d'orientation budgétaire 2012 pour demander la mise en place d'une prime de fin d'année pérenne pour tous les personnels BIATOSS et en particulier pour les collègues de catégorie C.

Enfin le SNASUB/FSU s'inquiète des conséquences de l'application de la LRU et de l'autonomie financière qui amène aujourd'hui l'UPJV a geler des postes d'enseignants chercheurs pour construire le budget 2012.
La LRU combattue depuis le début par la FSU s'avère bien être un outil de destruction du service public de l'enseignement supérieur.


Pour le secrétariat de la section SNASUB/FSU de l'UPJV
Sylvain DESBUREAUX, élu du personnel BIATOS au C.A.

 

 

 

 

 

 

 Réunions d'information syndicale à l’attention des personnels administratifs, ITRF et des bibliothèques de l’UPJV - titulaires et non titulaires

 

Aide sociale : après le passage à l’autonomie, quels sont les droits des personnels titulaires et contractuels ?
Primes et indemnités : quelle augmentation pour les personnels en 2011 ?

 

Réunion d'information syndicale au Pôle Cathédrale

 

Le jeudi 13 octobre 2011 de 10 à 12 heures 
Amphi Beccaria
Pôle Cathédrale

Réunion d'information syndicale au Campus Amiens Sud

 

Le jeudi 13 octobre 2011 de 14 à 16 heures 
Amphi Rousset - Bâtiment F
(voir plan ci-dessous)
Campus Amiens Sud

 

Pour participer à nos informations syndicales, il vous suffit de prévenir votre supérieur hiérarchique de votre intention d’y participer à l’aide des documents à télécharger en cliquant sur l'un des carrés blancs.

 

 

 

Analyse du protocole d’accord portant sécurisation des parcours professionnels des agents contractuels

Le 31 mars 2011, le gouvernement a signé un protocole d’accord portant sécurisation des parcours professionnels des agents contractuels dans les trois versants de la Fonction publique.
Ce protocole doit déboucher sur un projet de loi examiné à l’automne au Parlement.
Afin de présenter aux collègues non titulaires les nouvelles possibilités de titularisations mais également  les risques de dégradation des conditions de travail contenues dans ce texte,

la section UPJV du SNASUB/FSU organise une réunion d’informations syndicales spécialement consacrée à la question des agents contractuels

Le Jeudi 16 juin 2011 de 14h. 00 à 16h. 00 au Campus Universitaire Sud à AMIENS - Bâtiment F - Amphithéâtre Rousset 

Pour vous rendre à cette réunion, vous pouvez bénéficier d'une autorisation d’absence de droit selon le décret 82-447 du 28 mai 1982 et de son article 5
Tous les personnels BIATOSS de l'Université, titulaires et non titulaires de catégories A, B ou C, syndiqués et non syndiqués sont invités à participer à cette réunion.
Ces heures d’informations syndicales sont un droit qu’on ne peut vous refuser !
Il vous suffit de prévenir votre supérieur hiérarchique de votre intention d’y participer à l’aide de la convocation que vous trouverez en cliquant sur l'image ci-dessus.
Les délais de route pour se rendre à la réunion font partie intégrante de la durée effective de l’autorisation d’absence et doivent donc être rajoutés à la durée de la réunion.
 

 

Analyse du protocole d’accord (dossier ci-dessous) portant sécurisation des parcours professionnels des agents contractuels.
Qui peut être titularisé ?
Qui peut voir son CDD transformé en CDI ?
Que vont devenir ceux qui resteront sur le carreau ?
Questions diverses.

 

 

Négociations sur les contractuels : que propose le gouvernement ?

 

En matière de résorption de la précarité, le SNASUB-FSU rappelle ses mandats :

• Arrêt du recrutement de tout personnel non titulaire ;

• Titularisation sans concours en catégorie C de tous les contractuels qui le souhaitent à partir du moment où ils justifient de deux ans d’ancienneté en équivalent temps plein ;

• Intégration par examen professionnel des contractuels qui remplissent des fonctions de niveaux A et B ;

• Accès de tous les non titulaires aux indemnités et aux primes.

 

 

 

Election du Président de l'UPJV

Le Conseil d'Administration de l'Université s'est réuni en séance exceptionnelle le mardi 10 mai 2011 à 9 heures 30 avec à son ordre du jour  l'élection du Président de l'Université

de Picardie Jules Verne pour la période de fin juin 2011 à début mai 2012 :
George FAURE a été réélu au premier tour avec 16 voix sur 22

 

 

Information aux collègues BIATOSS de l'UPJV du 15 avril 2011

A la fin du C.A. du vendredi 15 avril 2011, Georges Fauré a annoncé qu'il était candidat pour occuper le mandat de 10 mois (de juin 2011 à avril 2012) de Président de l'UPJV.
L'élection aura lieu lors du C.A. du 10 mai.

Afin de mandater notre collègue membre du C.A. (Sylvain Desbureaux) pour l'élection du président de l'UPJV, le SNASUB-FSU auditionnera les candidats à cette fonction le lundi 9 mai 2011 à partir de 14h00.

Le lieu sera communiqué aux candidats.
Pour nous contacter à ce sujet, merci d' adresser vos mails à sylvain.desbureaux@u-picardie.fr ou tél port. 06 77 03 15 74

Le secrétariat de la section de l'UPJV du SNASUB-FSU

 

SIFAC progiciel de gestion intégré imposé dans plus de 70 universités : le cheval de Troie de CHORUS

 

Elections des représentants des personnels BIATOSS au CNESER 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos candidats BIATOSS

 

Scrutin du 22 mars 2011 : En Picardie, la FSU largement en tête !
 

Voici le tableau des résultats pour l'UPJV AMIENS collège BIATOSS :

 

Merci à toutes celles et tous ceux qui ont voté pour nos représentants et qui nous font confiance

 

Compte rendu de la rencontre entre le Président de l'UPJV et le bureau du SNASUB/FSU de l'UPJV du 8 mars 2011

Après un échange d'environ une heure, Monsieur Fauré a annoncé le gel de toute opération de fusion des deux services tant que les personnels et le CTP n'auraient pas été consultés.

 

Le Mardi 8 mars 2011, deux membres du bureau de la section du SNASUB/FSU de l'UPJV (Sylvie Stroh et Sylvain Desbureaux) ont rencontré le Président de l'Université afin d'évoquer la situation des services BUIO et BAIP.
 

Nous avons informé et dénoncé la situation difficile que vivent les personnels du BUIO (personnels réunis le 7 mars), se sentant dessaisis de leurs missions sans concertation ni explication cohérente. Cela tant du point de vue des personnels d'orientation, des personnels administratifs mais aussi dans le cas d'un ingénieur d'étude de l' O.V.E.
 

Nous avons fait part du manque d’information lié à la gestion financière et à l’absence de réunion formelle avec la direction et les collègues du BUIO et BAIP , les collègues du BUIO n’étant pas impliquées dans les décisions comprennent mal certaines prises de décisions autoritaires.
 

Après un échange d'environ une heure, M. Fauré nous a annoncé le gel de toute opération de fusion des deux services tant que les personnels et le CTP n'auraient pas été consultés.
 

Concernant la direction administrative du BUIO, nous avons expliqué que Mme Pomageot n'était pas responsable administrative du BUIO.

Le Président a exprimé son souhait que Mme Pomageot soit nommée responsable administrative provisoire du BUIO, point sur lequel nous avons exprimé notre désaccord en expliquant que cette nomination correspondrait déjà en tant que telle à un acte de fusion des services avant concertation et information des personnels et du CTP.

Nous avons expliqué qu'à l'heure actuelle les personnels ne reconnaissaient pas l'autorité de la responsable administrative du BAIP et avons soutenu cette position.
 

Enfin nous avons demandé au Président de rappeler à M. Vasseur, administrateur provisoire du BUIO, ses obligations quant aux demandes d'entrevues formulées par des personnels qu'il a sous son autorité.
 

En conclusion : les personnels du BUIO et du BAIP sont aujourd'hui en droit de réclamer des réunions et des documents de travail de clarification des missions de chacun avant fusion, mais aussi des documents et des réunions de travail de concertation concernant le projet de fusion.
 

Le bureau du SNASUB/FSU de l'UPJV

Le 17 mars 2011
 

Convergences de l'administration scolaire, universitaire et des bibliothèques
Supplément au n° 167 mars 2011 Spécial scrutin CNESER


Le 22 mars prochain, les Biatoss auront raison de voter FSU !

CNESER Personnels BIATOSS

Scrutin du 22 mars 2011
Elections des représentants des personnels au CNESER


Les personnels des universités et des autres établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel sont appelés à désigner leurs représentants au Conseil National de l'enseignement supérieur et de la recherche.


Le CNESER est un organisme consultatif: il est saisi pour avis notamment dans les matières suivantes: création d'établissement et de certaines composantes, création de diplômes nationaux et habilitation des établissements à les délivrer, répartition des emplois...Par ailleurs, le CNESER est réuni en matière disciplinaire pour statuer en appel ou en 1ère instance sur les actions engagées contre les enseignants-chercheurs, les enseignants et les usagers.


Le CNESER donne notamment son avis sur


la répartition des dotations d’équipement et de fonctionnement et des emplois entre les différents établissements,
l’habilitation des établissements publics d’enseignement supérieur à délivrer des diplômes nationaux,
la création des EPCSCP ou des écoles/instituts,
la carte des formations supérieures et de la recherche...
Il exerce le pouvoir disciplinaire en appel des décisions des sections disciplinaires des universités.

En savoir plus 


Il est obligatoirement consulté sur

La politique proposée par les pouvoirs publics pour assurer la cohésion des formations supérieures dépendant du ministre chargé de l’enseignement supérieur ;
Les orientations générales des contrats d’établissements pluriannuels prévus à l’article L. 711-1 ;
La répartition des dotations d’équipement et de fonctionnement entre les différents établissements.
Il fait toutes propositions sur les mesures à prendre pour améliorer le fonctionnement des établissements à caractère scientifique, culturel et professionnel.

En savoir plus 
 

Cliquez sur l'affiche pour connaître la position de la FSU

 

 

Nos candidats BIATOSS


Nos candidats Personnels scientifiques des bibliothèques

 

Menaces sur les statuts des personnels ITRF et des bibliothèques

Les CTP ministériels vont devoir examiner dans l’urgence des projets de modifications des statuts des personnels ITRF et de la catégorie B des personnels des bibliothèques. Ces modifications interviennent dans le cadre de restructurations importantes de l’ensemble de la fonction publique d’Etat qui prônent la mobilité la plus large pour permettre la mise en place de la RGPP et les suppressions d’emplois qui l’accompagnent.

 

Communiqué du SNASUB du 7 février 2011

 

Boycott du Comité Technique Ministériel de l'enseignement supérieur !
Les représentants des organisations syndicales CGT - FSU - FO au CTPM ESR, réunis le 7 février 2011, dénoncent le projet de modification statutaire relatif au statut des personnels ITRF.

Ce projet apporte des modifications substantielles au décret n° 85-1534 du 31 décembre 1985.


Voici pour information la déclaration faite au titre des organisations syndicales CGT, FSU, FO ce mardi 7 février lors du CTM ESR

 

 

Infos SNASUB/FSU UPJV du 3 février 2011

 

Comité technique paritaire de l’UPJV du 12 décembre 2010


3 points concernaient les BIATOSS :
- Question diverse concernant l'avenir de la Direction de l’éducation permanente ;
- Carrière des contractuels ;
- Coloration des postes ITRF

Question diverse concernant l'avenir de la DEP
La question posée par le SNASUB-FSU porte sur l'avenir du service de la formation continue (DEP) et son organisation; en effet celle-ci est sous administration provisoire depuis un an. Un rapport concernant l'avenir de la DEP de l'un des administrateurs provisoires a été rendu mais les personnels n'en ont pas connaissance.

Les élus du SNASUB-FSU demandent des éléments à l'équipe de direction de l'Université concernant cette question et demandent à ce que le rapport (précédemment cité) soit porté à la connaissances des personnels de la DEP.
Il nous est répondu que l'équipe de Direction a en effet un rapport sur ce sujet en sa possession, que courant janvier elle va procéder à une consultation puis fera une proposition qui sera présentée au conseil de la formation continue puis au CTP.

Carrière des contractuels
Suite au groupe de travail qui s'est réuni à deux reprises sur ce sujet, l'équipe de Direction de l'Université présente une proposition de création d'une carrière pour les collègues contractuels :
- Reprise de 50% de l'ancienneté,
- Avancement d'échelon avec une cadence du double par rapport aux grilles des titulaires.
Exemple : si pour passer de l'échelon 1 à l'échelon 2 il faut 1 an pour un titulaire, il faudra 2 ans pour un contractuel.
 

Cela prendra effet à compter du 1er janvier 2011. Pour l'année 2011 le versement effectif sur les payes aura lieu en fin d'année (à cause du passage aux RCE) mais bien avec effet au 01.01.2011.
Une réunion annuelle de bilan et perspectives se tiendra chaque automne et portera notamment sur l'état de l'utilisation des crédits et sur les possibilités d'amélioration du système.
Tout en indiquant les limites de cette proposition, notamment pour les contractuels de catégorie C en début de carrière (prise d'un seul point d'indice par changement d'échelon jusqu'à l'échelon 4), le SNASUB/FSU a voté pour la création de la carrière des contractuels à l'UPJV.
Par ailleurs, ce dispositif ne règle en rien la question de la précarité à l’UPJV

Coloration des postes ITRF
Il s'agissait de prendre connaissance des profils et du mode de recrutement des postes ITRF vacants pour 2011. Il n'y a pas eu de problème particulier.

Conseil d’administration du 17 décembre 2010
Ce CA marque un tournant important pour l'UPJV puisqu'il a adopté le budget 2011 qui est le premier budget RCE (responsabilités et compétences élargies) - Parution de la décision du passage au RCE au J.O du 17/12/2010.
Cela signifie un budget intégrant la masse salariale de l'ensemble des personnels de l'UPJV (titulaires, non titulaires, enseignants, BIATOSS).
Le plafond d'emploi fixé par l'Etat est de 2.039,25. (il s'agit des emplois permanents sur poste de fonctionnaires (titulaires, CDD et CDI sur postes vacants).
Pour les BIATOSS ce plafond d'emploi s'élève à 754,5 auquel s'ajoutent 207 postes financés sur ressources propres.
 

Le SNASUB/FSU est intervenu au cours de ce conseil pour rappeler qu'il s'était depuis le début opposer à la loi LRU, dont découlent les RCE, car cette loi signifie la mise en concurrence des universités et va mettre en difficulté les université du type UPJV qui assurent un rôle de service public et d'aménagement du territoire.
Le gouvernement manque de clarté en ce qui concerne le "GVT" (Glissement Vieillesse Technicité) dans le calcul de cette enveloppe de paye des personnels pour les années à venir. Cela signifie qu'à l'heure actuelle rien n'est bien clair pour l'enveloppe de paye 2012.
 

Pour toutes ces raisons, en toute logique, les élus de la FSU ainsi que l'élu de l'UNEF au Conseil d'administration on voté contre le budget 2011. Ce sont les 3 seuls votes contre qui se sont exprimés sur ce sujet lors de ce CA.
 

Prime de fin d'année : mauvaise surprise pour les collègues de catégorie C
La décision prise d'augmenter unilatéralement les primes des collègues des trois filières (AENES, BIB, ITRF) alors que l'enveloppe indemnitaire ne prévoyait que l'augmentation cette année de l'AENES qui paraît au 1er abord être une décision juste, a eu un effet pénalisant pour les collègues de catégorie C des trois filières.
En effet afin d'opérer cette augmentation générale il a fallu utiliser le "reliquat" qui habituellement sert a verser la prime de fin d'année. De ce fait pas de prime de fin d'année mais uniquement un rappel qui profite beaucoup plus aux catégories A et B qu'à la catégorie C.
Ce choix de gestion s'écarte du consensus qui s'était instauré à l'UPJV qui était de prioriser le versement de la prime de fin d'année pour les catégories C.
 

Le SNASUB/FSU demande un retour à ce principe et demande à la direction de l'université d'étudier la possibilité d'une compensation financière pour les collègues de catégorie C.

 

Le Bulletin d'information syndicale au format .pdf

 

 

 

 

 

 

 

 

Historique Enseignement SUPERIEUR

 

Infos section syndicale de l’UPJV

Tripatouillage de la LRU

Elections CTPMESR : La FSU en tête

Quel avenir pour les personnels dans le sup ?

Dossier : Souffrance au travail

Le secteur SUP du Snasub

 

Le passage de l’UPJV aux Responsabilités et Compétences Elargies à partir de janvier 2011 suscite questions et inquiétudes au sein des personnels  Le Comité Technique Paritaire de l'Université de Picardie Jules Verne s'est réuni ce mercredi 5 mai 2010 pour donner son avis sur le passage de l'UPJV aux RCE  lire 

Elections CTPM ESR : Votez et faites voter FSU lors du scrutin du 6 mai 2010 

Quel avenir pour les personnels dans le sup ?

Dossier : Souffrance au travail

Indemnitaire BIATOS 2010 dans le Supérieur

La réforme des universités, les BIATOS

Circulaire : taux promotions et enveloppe primes

Taux promotions des personnels

Quel avenir pour les personnels dans le supérieur ?

Les BIATOS et la LRU

28 janvier 2010 Réunion du Bureau du SNASUB de l'UPJV 

Résultats des élections du 27 janvier 2009 au CTP

Budget 2009 de l'Enseignement supérieur

La réforme des universités et les personnels BIATOS

Un déclin historique : imposons d’autres choix !

Les orientations désastreuses de Valérie Pécresse

Supérieur et Recherche : le jeu de massacre continue

Le secteur SUP du Snasub

UPJV Amiens

Service Commun d'Action Sociale Résultats Elections

IUFM Amiens

Nomination du directeur de l'IUFM d'Amiens

UT Compiègne

Convergences spécial BIBliothèques mars 2009

Résultats CAP des BAS du 2 avril 2009

Les orientations désastreuses de Valérie Pécresse

Quel avenir pour les personnels dans le supérieur ?

Les BIATOS et la LRU

Budget 2009 de l'Enseignement supérieur

 

 

Moyens consolidés de l'Université en 2009

Recrutement et Formation des enseignants

Primes pour les personnels BIATOSS du sup

Circulaire : taux promotions et enveloppe primes

Taux promotions des personnels

Lettre Flash du Snesup-Fsu

Un déclin historique : imposons d’autres choix

 

 

Election des conseils centraux de l’Université de Picardie - Jules Verne d'AMIENS
Collèges des personnels BIATOS - Scrutin des 31 mars et 1er avril 2008

 

 

Nos 11 pages anti CPE